Retour

Québec soutient la réalisation de 11 projets en Abitibi-Témiscamingue

Québec accorde plus de 615 000 $ pour soutenir 11 projets en Abitibi-Témiscamingue. Plusieurs de ces projets sont axés sur l'exportation.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

L'entreprise de plein air Abitibi & Co de Rouyn-Noranda et la joaillière d'Amos Caroline Arbour ont chacune reçu des sommes d'environ 40 000 $ pour des activités de développement de nouveaux marchés.

L'entreprise Abitibi & Co emploie une quinzaine de personnes dans son usine du quartier Granada, à Rouyn-Noranda.

Les kayaks, canots et les balcons en fibre de verre fabriqués sur place sont vendus en grande majorité à l'extérieur du Québec.

Le coup de pouce financier du gouvernement permet à l'entreprise de développer de nouveaux marchés.

« Pour nous, c'est un avantage qui est majeur. Avec la compétition qui arrive d'un peu partout d'outre-mer, les programmes comme le PEX nous permettent d'exporter en Ontario, aux États-Unis. Ça couvre les frais de prospection, les frais de salon, les frais de déplacements, donc ça nous permet d'avoir un marché qui est plus large, mais avec des moyens financiers d'une grande entreprise, malgré le fait qu'on est une petite PME », affirme Guillaume Leblanc, directeur général d'Abitibi & Co.

SCARO veut sortir du Québec

Pour la joaillière Caroline Arbour des Bijoux SCARO, d'Amos, ces investissements permettront de poursuivre ses efforts pour faire connaitre ses produits à l'extérieur du Québec.

« Concrètement, ça me permet de parcourir le Canada, donc de faire des salons, de faire la traduction de tout mon matériel visuel. Ça permet d'aller à Vancouver, à Toronto, à New York, ça nous a permis d'étendre nos marchés », ajoute-t-elle.

Pour les PME de l'Abitibi-Témiscamingue, faire de l'exportation vient avec son lot de défis et d'opportunités pour les deux entrepreneurs.

« D'aimer la route, de s'adapter facilement, de bien calculer nos coûts, parce que c'est sûr que ce n'est pas les mêmes coûts quand on est dans les grands centres. On a moins de déplacements, de frais de transport, de livraison, tandis qu'en Abitibi, il y a la gestion du temps et des coûts », indique Caroline Arbour.

Dynamisme économique

Pour le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, les PME de l'Abitibi-Témiscamingue participent activement au dynamisme économique de la région et à son rayonnement international.

« Il y a vraiment une diversification économique intéressante. C'est important de leur permettre de rayonner au-delà des frontières, non seulement de l'Abitibi-Témiscamingue, mais d'aller partout dans le monde », ajoute-il.

Après le Canada et les États-Unis, les dirigeants d'Abitibi & Co et des Bijoux SCARO souhaitent poursuivre leurs efforts afin de développer des marchés outre-mer.

Plus d'articles

Vidéo du jour


9 choses à savoir sur Meghan Markle