Retour

Radiothérapie à Rouyn : Gaétan Barrette prévoit une annonce au cours des prochaines semaines

De passage en Abitibi-Témiscamingue, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a assuré que le projet de radiothérapie du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) va se réaliser. Il reviendra visiter la région dans quelques semaines pour faire une annonce en lien avec le dossier. Il a profité de l'occasion pour tenter d'apaiser la grogne qui entoure le CISSS.

D'après une entrevue de David Chabot

Une annonce imminente

« Je peux vous dire que bientôt, dans quelques semaines, je viendrai faire une annonce spécifique là-dessus, assure le ministre Barrette. Le sujet du traitement du cancer, pour nous autres, en Abitibi, c'est d'une grande importance. Hier, je rencontrai du monde sur la rue qui me disait à quel point il y a eu une grande amélioration avec les services donnés à Gatineau, mais nous on pense qu'on doit aller plus loin et donner les services localement. »

Apaiser la grogne

Par ailleurs, Gaétan Barrette affirme que son gouvernement a posé des gestes afin de mettre un terme aux ruptures de services dans différents hôpitaux de la région, dont celui de Témiscaming-Kipawa, et que les résultats se feront sentir.

« Au moment où on se parle, il y a des médecins qui ont été recrutés qui vont arriver au Témiscamingue cet automne. Mais en plus, au Québec, on a encore plus resserré les vis cette année pour l'octroi des postes pour les finissants quand ils arrivent en pratique en sortant des facultés de médecine. À toutes fins pratiques, on ferme les grands centres pour s'assurer que les gens viennent en région. On les a posés, les gestes », affirme-t-il.

De plus en plus de grogne se fait sentir face aux services de santé en Abitibi-Témiscamingue. Mercredi, c'était au tour de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de profiter de la tenue du Conseil des ministres à Val-d'Or pour interpeller le gouvernement libéral à ce sujet.

« Il n'y a pas d'organisation où il n'y a pas ce genre de débat là, relativise le ministre. Les gens vont sur la place publique en pensant que ça va résoudre les choses. Non, ce n'est pas la place publique qui va pas résoudre les choses. Par contre, quand il y a des problèmes, il faut se parler et trouver des solutions. Hier, j'ai participé à cette discussion-là. Il y a des solutions et j'ai dit mon opinion très clairement. Il y a des solutions qui doivent être mises en place pour que les pédopsychiatres reviennent. On ne peut pas se permettre de perdre des pédopsychiatres sur une mesure purement administrative. »

Plus d'articles

Commentaires