Retour

Recul sur les fusions des commissions scolaires : « une agréable surprise » en Abitibi-Témiscamingue

Le président de la Commission scolaire Lac-Abitibi, Gilbert Barrette, accueille favorablement l'annonce du ministre de l'Éducation, François Blais, de renoncer aux fusions forcées des commissions scolaires.

En Abitibi-Témiscamingue, l'ancien ministre de l'Éducation Yves Bolduc proposait la création de deux commissions scolaires. Cette idée avait créé de la division entre les commissions scolaires de la région, qui ne s'entendaient pas sur le redécoupage.

« C'est une agréable surprise, oui. Maintenant, les modalités, ça, on verra. Cette indication, c'est déjà beaucoup rassurant. On l'a répété à je ne sais pas combien de reprises au niveau de la région, au niveau du Québec ça [aurait] représenté peu ou pas d'économies parce que les frais administratifs d'une commission scolaire, c'est autour de 4,5% », explique président de la Commission scolaire Lac-Abitibi, Gilbert Barrette.

La présidente de la Commission scolaire Harricana parle aussi d'une très bonne nouvelle. Pour Annie Quenneville, cette décision va permettre à la commission scolaire de conserver la proximité avec la communauté. « Ça nous permet de garder tous nos acquis que nous avons à la commission scolaire. Dans les petits milieux, c'est très important. Cette proximité là de décision locale, on la maintient », a-t-elle déclaré.

Pour la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue, l'annonce du ministre de l'Éducation François Blais de renoncer aux fusions forcées des commissions scolaires est une bonne nouvelle. Le directeur général, Éric Larivière, croit que cette décision du ministre va permettre aux commissions scolaires de conserver les services de proximité. « Dans le contexte où on devait déjà quand même démontrer qu'on ne croyait pas tellement à de grandes économies à faire des fusions, basé sur la dernière fusion de 1998, qui avait coûté plus cher que les économies escomptées, pour nous, c'est une bonne nouvelle, dans le mesure où nous aurons les marges de manoeuvre financières pour bien réaliser notre mission », précise-t-il.

Nouvelle gouvernance et fin des élections scolaires

Le ministre responsable de la région, Luc Blanchette, a également confirmé que les plans prévus pour redessiner la carte des commissions scolaires au Québec sont à oublier.

Cependant, selon ses dires, le gouvernement prévoit une nouvelle forme de gouvernance pour les commissions scolaires.

Il affirme également que l'élimination des élections scolaires est à prévoir. « Dans ce projet de loi là, il n'y a plus d'élections au suffrage universel, ça c'est carrément aboli », assure-t-il.

Voici l'entrevue complète accordée par Luc Blanchette à l'émission Le Radio-Magazine.

Plus d'articles

Commentaires