Retour

Règlementation des comités de suivi : un « show de boucane » selon Québec solidaire

Québec Solidaire dénonce à son tour la nouvelle règlementation qui régit les comités de suivi. Cette nouvelle règlementation a été annoncée en janvier par le ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette. La formation des comités relèvera des entreprises minières.

Un « show de boucane »?

Québec Solidaire craint le manque d'indépendance des comités de suivi. « Une bonne minière pourrait permettre à des citoyens de s'organiser et de faire des élections et de faire un comité de suivi structuré plus démocratiquement, mais le règlement permet à n'importe quelle minière qui voudrait tout contrôler de faire un comité de suivi et de nommer les personnes qui [y siègeraient] », dénonce le co-porte-parole de Québec solidaire en Abitibi-Témiscamingue, Guy Leclerc.

Luc Blanchette affirme que les comités seront indépendants

Le ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette affirme que les comités de suivi ont été créés dans l'objectif d'établir les liens avec la population et les résidents qui vivent à proximité des projets miniers. Il ajoute que c'est un lieu d'échange et de concertation.

Selon le ministre, la loi garantit que le comité soit indépendant de la minière. « Ils choisissent des gens en fonction de leurs compétences, en fonction de leurs préoccupations, en fonction de leurs intentions aussi, explique-t-il. Alors c'est important d'avoir des gens qui ont une certaine objectivité aussi et, oui, quand la mine les nomme, on les nomme pour leurs compétences. Il y a une majorité qui est constituée par des gens de l'extérieur de la mine, indépendants totalement de la mine, mais oui, c'est la mine qui les nomme aussi. »

Plus d'articles

Commentaires