À Amos, plus d'une trentaine de personnes ont participé dimanche à une rencontre d'information sur le projet Authier de la minière Sayona Mining.

Un texte de Boualem Hadjouti

Le projet de la compagnie australienne d'une mine de lithium à ciel ouvert à proximité de l'esker St-Mathieu-Berry suscite beaucoup de réactions dans la région.

Les citoyens ont posé des questions sur la tenue d'un Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) et la position de la municipalité d'Amos ainsi que l'efficacité des études environnementale de la minière.

Des représentants du Regroupement vigilance mine de l'Abitibi-Témiscamingue, de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue et de la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine ont répondu aux interrogations de la population.

Le Comité citoyen de protection de l'esker qui est derrière cette initiative veut surtout préparer la population aux consultations publiques de la compagnie prévues les 19, 20 et 27 juin, à La Motte, Pikogan et Amos.

« On désire informer la population et donner des outils aux gens qui souhaitent prendre part à ces séances-là de vraiment savoir qu'est-ce qui les attend à différents égards notamment au survole des études qui ont été faites par la compagnie minière. On a procédé à la lecture de ces documents-là puis on désire transmettre certaines informations, mais plus largement que ça c'est simplement de venir rassembler la population pour mieux savoir quel est le pouls de la population », explique le porte-parole du comité citoyen, Rodrigue Turgeon.

Le Comité citoyen ainsi que plusieurs organismes environnementaux réclament la tenue d'un BAPE.

Plus de 1 300 personnes ont signé une pétition appuyant cette demande.

Sayona Québec croit que le gouvernement n'exigera pas la tenue d'un BAPE puisqu'elle prévoit traiter 1900 tonnes par jour, soit 100 tonnes de moins que la limite de 2000 tonnes fixée pour la tenue d'une audience.

Plus d'articles