Retour

Renforcement du service ambulancier : l’exclusion de l'Abitibi-Témiscamingue déçoit la CSN

Le président régional de la CSN, Félix-Antoine Lafleur, est déçue que l'Abitibi-Témiscamingue ne fasse pas partie de la décision du gouvernement de renforcer la couverture ambulancière dans 7 régions du Québec.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a annoncé jeudi un investissement de 17 millions de dollars, qui permettra d'intensifier la présence ambulancière sur les territoires ciblés par la conversion de certains des horaires de faction en horaires à l'heure.

Félix-Antoine Lafleur, qui est également président du Syndicat des paramédics de l'Abitibi-Témiscamingue Nord-du-Québec croit qu'il est temps de mettre fin aux horaires de factions dans la région.

« On attend de voir les chiffres du ministère. Il faut comprendre que ces transformations-là, à priori, sont faites à partir d'un engagement du ministère qui avait été pris en décembre dernier de faire une réévaluation des couvertures ambulancières à travers la province. Il y a des secteurs en région qui doivent être modifiés, il y a des couvertures qui ne sont pas adéquates notamment dans le secteur d'Amos qui devrait avoir sa couverture ambulancière changée, dit-il. Il y a présentement trois véhicules en faction, minimalement il devrait y avoir deux véhicules à l'heure. »

Depuis le début de l'année, les horaires de faction ont été abolis à Val-d'Or et Rouyn-Noranda.

En long ce congé pascal, il nous a été impossible de joindre les services du ministère de la Santé pour obtenir une réaction.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »