La Maison Oxygène de Ville-Marie, qui offre des services aux pères, risque de fermer ses portes si elle n'arrive pas à trouver du financement. La menace de fermeture plane aussi sur les autres Maisons Oxygène en activité au Québec.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

La Maison Oxygène est le seul organisme en Abitibi-Témiscamingue qui offre de l'hébergement temporaire pour les pères vivants des difficultés et qui ont une garde exclusive, partagée ou avec droits d'accès de leurs enfants.

Son financement prend fin en 2018 et d'ici là, elle tente d'obtenir une reconnaissance de Québec pour pouvoir continuer à offrir le service. 

« Quand j'ai mes enfants qui viennent les fins de semaine, c'est ici qu'ils viennent », explique Sébastien de Rouyn-Noranda qui nous montre la chambre où il est hébergé depuis trois semaines.

La Maison Oxygène de Ville-Marie a hébergé 16 pères et 19 enfants depuis qu'elle a ouvert en avril 2014.

La maison reçoit des pères d'un peu partout au Québec, explique le directeur général Tommy Cousineau.

La Maison Oxygène de Ville-Marie est l'un des organismes qui sont financés grâce à un partenariat entre la Fondation Chagnon et le gouvernement du Québec.


Danger de fermeture ailleurs au Québec

Il y a sept Maisons Oxygène en activité au Québec.  Le directeur du réseau, Manuel Prats, espère l'aide du gouvernement pour les sauver de la disparition.

Selon Manuel Prats, la seule Maison Oxygène qui est financée par le gouvernement se trouve à Montréal.

Plus d'articles

Commentaires