Retour

Retard dans la construction du centre de radiothérapie de Rouyn-Noranda : l'étude d'opportunité n'est pas commencée

La construction du centre de radiothérapie de Rouyn-Noranda continue de prendre du retard. En juin 2015, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé la tenue d'une étude d'opportunité en vue de construire le centre. 16 mois plus tard, cette étude n'est pas commencée.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Le début de l'étude de nouveau retardée

Le gouvernement du Québec vient de demander au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) de modifier à nouveau son plan clinique, soit l'étape avant l'étude d'opportunité. Le début de l'étude d'opportunité est donc encore retardé.

Le gouvernement n'aurait pas versé les sommes promises

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger, affirme que ce retard est causé par le gouvernement. « L'information qu'on a eue au cours des dernières semaines, c'est que les sommes d'argent qui avaient été promises en conférence de presse, avec le ministre Barrette lorsqu'il était venu à Rouyn-Noranda, pour passer à la deuxième étape, actuellement ces sommes-là n'auraient pas encore été versées, donc ça retarde encore l'étude », relate-t-il.

Le PDG du CISSS-AT confirme le retard

Le président-directeur général du CISSS-AT, Jacques Boissonneault, rétorque que cette affirmation est fausse. Selon lui, l'argent est disponible actuellement. Il admet toutefois que le projet prend du retard, mais que l'objectif est de s'assurer que rien ne sera oublié. « Oui, on a trouvé que c'est long, mais en même temps, de notre part, on a fait le nécessaire et je vous explique un peu comment ça peut être complexe pour nos supérieurs à Québec. Je le sais que ça a impliqué une multitude d'acteurs, je n'essaie pas de trouver des excuses ou d'avoir la langue de bois, mais c'est la réalité. Nous-mêmes, des fois, on n'est pas toujours patients, mais je transige avec ce qu'on a devant nous, ce qu'on a devant nous, c'est un plan clinique approuvé avec quelques clarifications à y ajouter », explique-t-il.

Jacques Boissonneault refuse de s'avancer sur l'échénacier de réalisation du projet. Il assure qu'il y aura un centre de radiothérapie dans la région, mais il affirme qu'il ne peut pas donner de date.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et le ministre responsable de la région, Luc Blanchette, ont préféré ne pas commenter la nouvelle.

Plus d'articles