Retour

Richard Desjardins surprend le public du FME lors du spectacle de clôture du 15e

Klô Pelgag chantait Les Yankees quand Richard Desjardins est apparu sur la scène du lac Kiwanis de Rouyn-Noranda à la toute fin du spectacle au cours duquel toute une ribambelle d'artistes lui rendaient hommage. Selon Sandy Boutin, président du Festival de musique émergente (FME) en Abitibi-Témiscamingue, plus de 12 000 festivaliers ont assisté à ce moment marquant de l'histoire culturelle de Rouyn-Noranda.

Un texte de Félix B. Desfossés avec les informations de Vanessa Limage

Après les FrancoFolies et le Festival d'été de Québec, le spectacle Desjardins, on l'aime tu! - incarnation scénique de l'album lui rendant hommage lancé plus tôt cette année par 117 records - était présenté à Rouyn-Noranda en clôture du 15e FME. Pour l'occasion, le festival a de nouveau installé son immense scène des grandes occasions sur la berge du lac Kiwanis où, il y a 5 ans, le public avait pu assister à un spectacle de Jean-Pierre Ferland.

Yann Perreau, Philippe B, Fred Fortin, Klô Pelgag, Saratoga, Safia Nolin, Les Soeurs Boulay, Stéphane Lafleur, Bernard Adamus, Émile Bilodeau, Matiu, Sonia Cotten... la liste est impressionnante. Tous ces artistes étaient réunis sur scène pour rendre hommage à l'un des plus grand auteurs-compositeurs-interprète de la francophonie, et ce, chez lui, à quelques coins de l'endroit où il est né, disait-il sur scène. Pour plusieurs de ces artistes, l'expérience semblait exaltante, voire même traumatisante, a rigolé Fred Fortin.

Jouer devant l'homme

« Il y avait un stress de vouloir plaire à l’auteur-compositeur-interprète, mais aussi de vouloir faire un bon spectacle, confiait Émile Bilodeau après l'événement. Donc, je pense que on a réussi tous et chacun, tous les artistes qui ont fait partie du projet à sortir un bon lapin de son chapeau. »

En effet, la nervosité chez les artistes était palpable. Le spectacle a mis un certain temps à prendre son rythme. Mais la mise en scène en crescendo a vite fait oublier les quelques pépins du début du spectacle, particulièrement lorsque Yann Perreau est apparu au-dessus du public, juché au sommet d'une grue, en interprétant L'homme-canon.

La magie opère

Ce moment magique a été immédiatement suivi par l'envoûtante interprétation de Va-t'en pas de Safia Nolin. Si celui à qui on rendait hommage n'était pas apparu sur scène plus tard, la livraison à la fois authentique, fragile et douce de Safia Nolin aurait été le pinacle de ce grand spectacle.

Quand Klô Pelgag s'est lancée dans son interprétation de la pièce Les Yankees, flanquée d'un quatuor de choristes, mais aussi voisine d'un micro planté sur scène derrière lequel aucun artiste ne se trouvait, certains ont peut-être compris qu'un invité d'honneur était attendu à la réception...

C'est effectivement au milieu des Yankees que Desjardins est apparu sur scène, sans être annoncé, à la grande surprise d'une large part du public. Tous l'espéraient, bien sûr. Et leur souhait s'est réalisé.

Desjardins chez lui

L'artiste était à court de mots. « Le seul mot qui me vient à l’esprit c’est surréel, irréel… Alors, comment dire, mon cœur n’est pas assez grand pour abriter un tel "merci" qui m’habite, voilà! », a-t-il lancé avec émotion, sous de chaleureux applaudissements.

Desjardins a interprété ...Et j'ai couché dans mon char avec Les Soeurs Boulay, Chaude était la nuit accompagné de toute la brochette d'artistes ayant pris part au spectacle puis a offert, en rappel, une interprétation en solo de la superbe pièce Love Light qu'il a offerte à Aurélia O'Leary il y a quelques années.

« La ville derrière nous comme une bouteille vide, tout l'monde sait qu'on est fous, personne voit qu'on est libres [...] On traverse la frontière, de l'autre bord, on tombe dans l'ciel », a-t-il chanté pour clore le spectacle.

Par nous, pour nous

L'Abitibi-Témiscamingue aura donc réussi à rendre elle-même hommage au plus grand artiste qu'elle a vu naître. Le producteur Steve Jolin, architecte derrière ce grand projet d'hommage à Desjardins, tant sur disque que sur scène, peut dire mission accomplie, tout comme le FME qui, pour ses 15 ans, a su rassembler la population et démontrer à la fois son attachement à la culture régionale et sa capacité à offrir des événements de qualité de grande envergure. Cet hommage rend bien la pareille à celui qui a offert un concert au festival qui en était à sa première édition en 2003.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine