Retour

Rien de concret pour élargir la 117 dans les investissements pour les Laurentides

Comme il le fait pour chaque région du Québec depuis la semaine dernière, le ministre des Transports, André Fortin, a annoncé lundi un investissement de 149 millions de dollars sur deux ans pour des travaux dans les Laurentides. Rien de concret cependant n'est prévu pour élargir la route 117 entre Labelle et Mont-Laurier, un secteur réputé dangereux, si ce n'est que la « mise à jour de l'étude de faisabilité ».

Un texte de Jérôme Labbé

« Ça, c'est un tronçon qui a été fait dans les années 50 [et qui n'a jamais été rénové]. Là, il faut qu'ils le fassent. Ça n'a pas de sens, ça n'a pas sens », répète au bout du fil le maire de Lac-des-Écorces, Paul Flamand, qui est aussi président du comité SOS 117.

M. Flamand se dit « très surpris » et « très déçu » de l'annonce de lundi du ministre Fortin, qui n'inclut rien de plus que ce que promettait déjà son prédécesseur, Laurent Lessard : la mise à jour d'une étude de faisabilité réalisée il y a plus de cinq ans.

Cette mise à jour, soutient-il, lui avait été promise pour la fin du mois. On lui certifie maintenant qu'elle sera prête à l'automne.

« Quand j'ai su ça, j'ai laissé un message à M. Claude Thibault [patron de la Direction générale de Laurentides-Lanaudière du ministère des Transports], mais il ne m'a jamais rappelé. J'ai aussi laissé un message au bureau du ministre André Fortin, mais je n'ai eu aucun retour d'appel. Alors voilà où on en est », s'indigne-t-il.

Le maire de Lac-des-Écorces, une municipalité d'environ 3000 âmes, rappelle que la route 117 est le seul lien direct entre l'Abitibi-Témiscamingue et la métropole. « L'été, souligne M. Flamand, il passe devant mon bureau un débit journalier de 16 000 véhicules par jour, et il y a 20 % de poids lourds là-dessus. »

Il souligne qu'en 2016 uniquement, six personnes ont trouvé la mort entre Labelle et Mont-Laurier.

Le comité SOS 117 souhaite que le tronçon entre Labelle et Rivière-Rouge passe de deux à quatre voies, ce qui coûterait environ 110 millions de dollars, selon lui. Il demande la même chose pour le segment entre Lac-des-Écorces et Mont-Laurier, mais se contenterait de travaux d'élargissement moins important (ajout d'une voie auxiliaire, corrections de courbes, etc.) entre Rivière-Rouge et Lac-des-Écorces.

Dans son annonce de lundi, Québec précise tout de même que le ministère des Transports (MTQ) « réalisera le projet de réaménagement de l'intersection de la route 117 et du chemin du Parc-Industriel, à Rivière-Rouge ». De plus, un autre tronçon de huit kilomètres, situé plus au sud, à Saint-Faustin-Lac-Carré, fera l'objet d'un repavage, une intervention qui « permettra de prolonger la durée de vie de la chaussée et d'améliorer le confort de roulement », fait-on valoir dans le communiqué.

En tout, le MTQ prévoit ouvrir 112 chantiers pour la période 2018-2020. Certains de ces travaux visent à réparer ou remplacer des ponceaux en mauvais état, un problème particulièrement criant sur le territoire de la Direction régionale de Laurentides-Lanaudière, comme l'a démontré Radio-Canada l'été dernier.

Vendredi dernier, M. Fortin avait annoncé 187 millions de dollars pour le réseau routier de l'Abitibi-Témiscamingue, incluant un renforcement de la sécurité sur la route 117. Le MTQ compte ajouter des voies de dépassement et de bandes rugueuses afin de diminuer le nombre d'accidents dans la région. Un automobiliste circulant sur la 117 était mort deux jours plus tôt à la hauteur de Val-d'Or.

Le ministre Fortin doit procéder à une annonce similaire lundi après-midi à Laval en compagnie de sa collègue Francine Charbonneau.

Plus d'articles