Retour

Rouyn-Noranda pourrait avoir son école alternative dès la prochaine rentrée

Le projet d'école alternative à Rouyn-Noranda franchit une autre étape : la Commission scolaire de Rouyn-Noranda a mandaté Jocelyne Hurtubise, ancienne directrice des services éducatifs, afin de mettre en place ce projet qui devrait voir le jour en septembre 2017.

Avec les informations de Karine Mateu

Ce projet a été présenté par des parents il y a deux ans. La directrice des services éducatifs à la Commission scolaire de Rouyn-Noranda (CSRN), Anne-Frédérique Karsenti explique que le principal défi est le manque d'espace.

Locaux accessibles recherchés

« Nos écoles en ville au primaire sont à pleine capacité, fait valoir Mme Karsenti. Il reste un petit peu de place dans certaines écoles du primaire, mais elles ne sont pas dans le secteur de Rouyn-Noranda. Elles sont plus à l'extérieur, donc ce n'est pas avantageux pour les parents parce que les parents devront payer le transport. Donc, il nous reste d'autres possibilités et c'est [dont] on va discuter avec Madame Hurtubise. »

Ouverture projetée en 2017

L'objectif est donc d'ouvrir, en septembre 2017, une classe de préscolaire et une autre de premier cycle. Anne-Frédérique Karsenti rappelle que la principale distinction entre une école alternative et une école régulière concerne l'implication des parents.

« Au niveau de la manière, c'est la pédagogie qui va être utilisée, poursuit-elle. Le décloisonnement avec les élèves, donc des élèves de première année pourront se retrouver avec des élèves de sixième année pour faire un projet.

Le comité de parents satisfait de ces nouveaux développements

Pour définir son projet, la CSRN se base sur l'expérience vécue par d'autres écoles alternatives, notamment dans la région de Montréal ainsi que l'école Papillon d'Or de Val-d'Or. Staifany Gonthier, membre du comité de parents qui souhaitent voir la mise en place d'une école alternative, se réjouit de la désignation d'une ressource dédiée à ce dossier.

« On est content aussi que les travaux reprennent parce qu'il y avait eu un bon bout qui avait été fait déjà il y a deux ans et puis Amos, depuis, a eu son école alternative. On était un peu jaloux, avance-t-elle. Mais là, on est confiants qu'on va trouver la façon de l'implanter qui va plaire à tout le monde, autant [les] parents, [les] enseignants [que les] directions scolaires. »

Par ailleurs, Staifany Gonthier ne s'inquiète pas du manque de places dans les écoles de Rouyn-Noranda, puisque le projet d'école alternative va libérer des places en classes régulières, selon elle. Une rencontre est prévue la semaine prochaine entre le comité de parents et Jocelyne Hurtubise.

Plus d'articles