Une vaste mobilisation est en cours, à Rouyn-Noranda, afin de venir en aide aux 22 sinistrés d'un immeuble de logements qui a complètement été détruit par les flammes en fin de semaine. Le commerce Lebeau Vitres d'autos a aussi brûlé dans le brasier. 

Un texte de Jean-Marc Belzile

Certains ont perdu beaucoup plus que du matériel.

Wissem Manai est venu de Tunisie pour faire un doctorat en sciences de l'environnement à l'UQAT. Samedi soir, tout son travail est parti en fumée avec son logement. « J'ai tout perdu. Je n'avais pas d'options pour récupérer mes données, je suis un peu perdu, c'est flou pour moi, je ne sais pas ce que je vais faire pour le moment ».

Son colocataire, Ridha Cherif, est toujours sous le choc. Loin de sa famille, il se sent bien seul pour faire face à cette tragédie. Les deux jeunes hommes n'étaient pas assurés. « C'est quelque chose, c'était vraiment une soirée très dure pour nous, dure sur le moral. On est ici, nous, on n'a pas de famille », rappelle-t-il. 

Karie Depont et son conjoint se sont quant à eux retrouvés à la rue avec leur petit garçon de deux ans. Le propriétaire des immeubles qui ont été incendiés, Normand Martel, leur a toutefois rapidement trouvé un autre logement.

« La dame va accoucher dans six semaines, ils ont tout perdu, pas d'assurances. On les a relocalisés dans un autre logement qu'on avait de disponible. Tout le monde leur a donné des meubles, des articles de bébé, elle en a même eu trop, des articles de bébé », témoigne-t-il. 

Normand Martel assure que les deux bâtiments seront reconstruits. Selon lui, la construction pourrait se terminer au début de l'année 2017.

Plus d'articles

Commentaires