Retour

Santé : 16 nouveaux médecins pourront être embauchés en Abitibi-Témiscamingue

L'Abitibi-Témiscamingue pourrait compter sur 16 nouveaux médecins omnipraticiens en 2018, selon ce qu'a autorisé le gouvernement du Québec dans le Plan régional d'effectifs médicaux (PREM) dévoilé vendredi dernier.

Avec les informations de Marc-Olivier Thibault

Au Québec, 400 jeunes médecins généralistes commencent leur pratique chaque année. En vertu de son poids démographique, l'Abitibi-Témiscamingue reçoit 2 % de ces ressources professionnelles.

Le président de l'Association des omnipraticiens du nord-ouest du Québec, Dr Jean-Yves Boutet, reçoit favorablement cette nouvelle, même s'il estime que c'est encore trop peu pour couvrir les besoins de la région.

« On aurait besoin facilement de peut-être encore une dizaine de médecins de plus, fait valoir Dr Boutet, qui pratique à Amos. Souvent le ratio c'est deux à trois médecins pour un vieux médecin qui va prendre sa retraite parce que ces médecins-là se dévouent à leur travail et il y a un changement de génération, comme dans tous les corps de métier donc, on doit tenir compte de cette variable-là. »

Un combat de tous les jours

Des incitatifs, comme des primes d'éloignement et des hausses de salaire, sont mis en place pour attirer les nouveaux médecins en Abitibi-Témiscamingue. Malgré cela, le Dr Boutet dit faire face à d'importants défis de recrutement.

« Beaucoup de jeunes médecins qui finissent ne sont jamais venus en Abitibi, donc c'est un peu mystérieux, illustre-t-il. [Ils sont] toujours allés en Gaspésie, sur la Côte-Nord. En mai, il y a toujours une rencontre sur les PREM et cette année, on a rencontré beaucoup, beaucoup de [médecins] résidents de Montréal, [pour les] sensibiliser sur le travail qui est fort intéressant en Abitibi-Témiscamingue et qui est méconnu. »

Les futurs médecins omnipraticiens devraient commencer leur pratique en juillet 2018. L'année dernière, le gouvernement avait également autorisé la venue de 16 médecins nouvellement diplômés dans la région.

Une entente avec les omnipraticiens bien accueillie dans la région

Par ailleurs, le Dr Boutet est d'avis que l'entente de principe conclue entre le gouvernement et les médecins omnipraticiens du Québec est un pas dans la bonne direction pour inciter les futurs professionnels de la santé à devenir médecins de famille.

Le gouvernement de Philippe Couillard va accorder aux omnipraticiens une augmentation moyenne de 1,8% par année sur 8 ans. En 2016, un médecin généraliste gagnait en moyenne 245 000 dollars par an. En vertu de cette nouvelle entente, sa rémunération sera de 280 000 dollars en 2023.

Selon Jean-Yves Boutet, il faut continuer à rendre cette pratique attrayante auprès des jeunes médecins puisque les besoins sont importants.

« Quand on est un jeune médecin, on est attiré par les choses qui demandent beaucoup d'adrénaline : l'urgence, les soins intensifs, la traumatologie, énumère-t-il. Après ça, il y a une migration vers les soins à domicile. Mais, ce qui est important, c'est que les soins à domicile [ne sont] actuellement pas beaucoup rémunérés, pas très attractifs. Et on se doit de faire en sorte qu'il y ait plus d'attractivité. »

Au Québec, on compte 9500 omnipraticiens.

Plus d'articles

Commentaires