Retour

Santé mentale : les besoins d'hébergement sont grands à Rouyn-Noranda

Une centaine de personnes ayant un problème de santé mentale sont sur une liste d'attente pour obtenir un logement social à Rouyn-Noranda malgré l'inauguration de 25 places à la Maison Martin-Bradley, en mai.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Un projet de construction de 25 logements sociaux supplémentaires est en attente de financement.

Pour habiter ce type de logement, les locataires ne déboursent pas plus de 25 % de leur revenu.

Jean-François Delisle-Roy est l'un des locataires de la Maison Martin-Bradley. Sa qualité de vie s'est grandement améliorée depuis qu'il réside dans un logement social adapté à ses besoins.

Les locataires obtiennent également la visite d'intervenants de l'organisme Le Pont, qui oeuvre auprès des personnes touchées par une maladie mentale.

« Le fait qu'il y ait des intervenants qui passent tous les jours et qui vont voir les gens qui en ont besoin, je pense que c'est un plus pour eux de se sentir appuyé dans leur démarche comme ça », explique le directeur général du Pont, Bruno Bisson.

L'Office municipal d'habitation de Rouyn-Noranda a déposé l'automne dernier à la Société d'habitation du Québec la deuxième phase du projet de logements sociaux à côté de l'actuelle Maison Martin-Bradley.

Ces 25 logements supplémentaires coûteront plus de 4,3 millions de dollars. La Ville de Rouyn-Noranda, la Fondation Martin-Bradley et la Fonderie Horne sont prêtes à assumer la part du milieu dans le projet.

Plus d'articles