Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) tiendra ce soir une séance d'information sur le Projet d'agrandissement de la mine Canadian Malartic et sur la déviation de la route 117 à Malartic par l'entreprise. La rencontre se déroulera à Malartic, au Théâtre Meglab, à 19h30.

Avec les informations de Sandra Ataman

L'objectif est de permettre aux citoyens de s'informer sur le projet. Il y aura une présentation du BAPE et du projet par le promoteur.

Le BAPE a d'ailleurs reçu la confirmation du ministre de l'Environnement David Heurtel, que des audiences publiques se tiendront au mois de juin. « Nous avons reçu une lettre-mandat pour procéder à l'audience dans ce dossier-là, signée par le ministre de l'Environnement. Donc il y aura audience. Il faut que le ministre reçoive au moins une demande d'audience publique durant le 45 jours dans lequel on est, qui a commencé le 12 avril et qui va se terminer le 27 mai. Et à partir du moment où il reçoit une seule demande, qu'il ne juge pas frivole, il peut nous donner le mandat, et ce même si la période d'information n'est pas terminée », explique la conseillère en communications, Julie Olivier.

Le maire de la Ville de Malartic, Martin Ferron, souhaite que les citoyens participent en grand nombre à cette séance d'information sur le projet d'agrandissement de la mine Canadian Malartic et de la déviation de la route 117. « Et tout ça dans une acceptabilité sociale, importante, pour que ce projet-là puisse aller de l'avant. On le souhaite, mais il faut que l'acceptabilité sociale soit là. L'acceptabilité sociale, ce n'est jamais 100%, mais pour moi en tout cas c'est plus de 50 + 1. C'est une grande majorité des gens qui doivent adhérer », considère-t-il. 

Mémoire du Comité de suivi

Le Comité de suivi Canadian Malartic fait appel à la population pour la rédaction d'un mémoire qui sera présenté lors des audiences publiques sur l'environnement.

Il s'est engagé dans une analyse de l'étude d'impact sur l'environnement du projet. Un comité de travail sera mis en place pour la rédaction du mémoire auquel les citoyens sont invités à siéger et il a aussi recruté différents experts comme la Société des eaux souterraines de l'Abitibi-Témiscamingue.

« C'est des gros enjeux, on parle de déviation de la 117, donc il va y avoir beaucoup d'enjeux. Il y a beaucoup d'impacts au niveau des citoyens, mais au niveau de toute la circulation routière, on parle de deux ans de construction. C'est sûr qu'il va y avoir des inconvénients au projet, même si on sait qu'au niveau économique, ça va créer de l'emploi, pour une durée plus longue pour la vie de la mine, mais il faut voir les deux bords de la médaille et on est là pour ça », a indiqué Jacques Saucier, coprésident par intérim du comité de suivi Canadian Malartic.

Plus d'articles

Commentaires