Retour

Sécurité sur les plans d'eau à l'approche de la belle saison

Le bilan du nombre de noyades dans la région est plutôt sombre alors qu'au cours de 10 dernières années, 10 plaisanciers sont morts noyés, ce qui fait de l'Abitibi-Témiscamingue la sixième région la plus meurtrière à ce chapitre au Québec.

C'est le fournisseur de cours de sécurité nautique Examen Bateau qui compile ces données sur les noyades au Québec. 

En entrevue à l'émission Des matins en or, le directeur général de la Société de sauvetage, Raynald Hawkins, a parlé des principaux dangers qui guettent les plaisanciers en début de saison.

« Si vous vous retrouvez par-dessus bord, l'eau est quand même assez froide pour causer un choc thermique important qui va vous amener une forme d'hyperventilation qui pourrait [provoquer] une inconscience de 15 à 20 secondes, explique-t-il. Vous aurez compris que si vous [ne portez] pas votre dispositif de flottaison, nécessairement, c'est le phénomène de la noyade qui s'enclenche. »

Une bière à bord = trois bières sur la terre ferme

Avec l'arrivée du temps plus chaud cet été, la consommation d'alcool dans les embarcations représente un facteur de risque additionnel selon Raynald Hawkins.

« Nos observations nous démontrent que lorsqu'on boit une bière à bord d'une embarcation, c'est l'équivalent d'en boire trois sur la terre ferme à cause du clapotis des vagues, à cause de la déshydratation, à cause du vent, à cause du soleil, compare-t-il. Alors c'est pour ça qu'on vous dit : ''attendez donc d'être revenus à quai pour consommer''. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine