Retour

Semaine nationale du don d'organes et de tissus : témoignage du père d'un donneur

Chaque année, au Québec, de nombreuses personnes en attente d'un organe meurent faute d'avoir eu accès à un organe. Et même si 9 personnes sur 10 se disent favorables au don d'organe, il demeure difficile pour les familles de s'engager dans ce processus lorsque survient le décès d'un proche. En cette Semaine nationale du don d'organes et de tissus, Gaston Dicaire de Val-d'Or a accepté de témoigner de cette situation survenue à la suite de la mort de son fils.

Avec les informations de Sandra Ataman

Gaston Dicaire a perdu son fils dans un accident de la route en 2000, Il était âgé de 19 ans. Arrivé à l'hôpital, les médecins lui annoncent la nouvelle. Le cerveau est affecté, mais tous les autres organes sont en santé. « Il n'est pas malade, il est couché sur le lit, il est intubé, mais il n'est pas malade », se souvient-il.

La famille a finalement pris la décision de donner huit de ses organes. « Ça avait déjà été parlé dans la famille qu'on était d'accord, mais à 19 ans, il n'avait pas signé sa carte », poursuit-il.

« Une décision difficile à prendre »

C'est une décision difficile à prendre explique Normand Lemieux, infirmier ressource en don d'organes au Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS-AT). « Souvent les gens vont refuser le don d'organes à cause qu'ils ne connaissent pas ce que la personne voulait vraiment, fait valoir celui qui est habitué à conjuguer avec ces questions difficiles dans le cadre de son métier. Là, ils sont pris dans une situation : s'il ne voulait pas et qu'il n'a pas signé, mais même s'il a signé, la famille peut refuser. »

Semer la vie

À la suite du don d'organes de son fils, Gaston Dicaire a reçu une lettre de la conjointe de l'homme qui a le coeur de son fils, père de cinq enfants. Dans cette lettre, elle manifeste sa gratitude. « Ça fait 17 ans, peut être que les enfants sont rendus grands et le père est peut-être encore avec le coeur de mon fils », espère M. Dicaire.

En Abitibi-Témiscamingue, 12 personnes sont actuellement en attente d'un organe, dont neuf en attente d'un rein. La marche du rein aura d'ailleurs lieu le 28 mai prochain à la Forêt récréative de Val-d'Or.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine