Retour

« Si l’unité d’IRM est rendue au bout de sa vie utile, je vais le remplacer sur-le-champ », dit Gaétan Barrette

En entrevue sur les ondes de l'émission Région zéro 8, le ministre Gaétan Barrette a défendu les attaques provenant des différents intervenants qui ont dénoncé la décision de garder l'unité mobile d'imagerie par résonnance magnétique sur le territoire. Il a d'ailleurs assuré qu'il s'engageait à remplacer l'équipement si le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue prouvait sa désuétude.

D’après une entrevue d’Annie-Claude Luneau, à l'émission Région zéro

L'annonce faite mercredi matin par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue dans le dossier de l'imagerie par résonnance magnétique fait réagir.Contrairement à ce qui avait été annoncé le 21 septembre dernier, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a pris la décision de garder l'unité d'IRM mobile plutôt que centraliser le service à Amos.En entrevue sur nos ondes, Gaétan Barrette a souligné que les conseils d'administration des CISSS ne peuvent prendre de décisions qui vont à l'encontre des orientations gouvernementales.« Pour ce qui est de la planification du développement des infrastructures et des équipements médicaux surspécialisés, ça fait partie de nos orientations. Ce qui a été proposé poserait problème à partir du moment où on a une région qui est bien desservie par un appareil mobile, un choix de la région fait il y a plusieurs années », estime le ministre Barrette.

« On ne peut pas arriver comme ça et décider de mettre un appareil fixe à un endroit ce qui aurait comme conséquence de demander aux clientèles de toutes les autres villes de se déplacer à Amos. La raison pour laquelle on avait choisi un appareil mobile c’était justement pour ne pas que les gens aient à se déplacer », ajoute-t-il.Les chiffres avancés par le conseil d'administration du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue le 21 septembre dernier démontrent cependant qu'il y a 25% moins d'examens en raison de la mobilité de l'unité d'IRM.Des médecins spécialistes du CISSS ont aussi expliqué qu'il serait plus efficace d'avoir un appareil fixe dans la région.À cela, le ministre Barrette répond qu'en tant que radiologue, il juge avoir la compétence pour assurer la précision d'un appareil mobile.

Le ministre de la Santé a par ailleurs assuré que si l'unité mobile montrait quelques signes de désuétude que ce soit, il s'engageait « officiellement » à le remplacer.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine