Retour

Soutien accru pour la santé mentale dans les écoles

Le gouvernement albertain veut créer 15 nouveaux programmes en santé mentale dans les écoles, afin d'atteindre plus de 100 000 jeunes à travers la province. Pour ce faire, il a donné une nouvelle subvention de 5 millions de dollars à services de santé Alberta.

Un texte de Sophie Muller

Jusqu’à 20 % des jeunes connaissent des problèmes de santé mentale, selon Michelle Draper, présidente du conseil scolaire public d'Edmonton. Les plus courants sont la dépression et l’anxiété qui peuvent être causées par des problèmes scolaires ou familiaux.

Ce nouveau financement est donc une très bonne nouvelle pour Nancy Davies, responsable des services aux élèves à l’École secondaire Jasper Place d’Edmonton. « C’est fantastique, dit-elle. Partout où [cet argent] va donner du soutien aux élèves à travers la province, ce sera bien accueilli. »

À l’École Jasper Place, les élèves bénéficient déjà d’un programme de santé mentale, grâce auquel ils ont un accès quotidien à des conseillers.

C’est avec l'aide de l’un d’entre eux que Claire Allen, ancienne élève, a réussi sa première année d’école secondaire, alors qu’elle venait de perdre sa mère. « J’ai appris quelques techniques pour gérer mon anxiété », explique-t-elle.

Services plus rapides et efficaces

La présence quotidienne des conseillers fait une grande différence, estime Mme Davies. « Quand on travaille avec des agences externes, dit-elle, on est confronté à des mois d’attente, et à l’impossibilité de partager les informations. »

À l’inverse, le fait que l’école ait son propre programme de santé mentale permet de venir en aide aux élèves très rapidement, et permet aux conseillers scolaires d’aller plus loin dans leur accompagnement.

Grâce à ce nouveau financement, géré par Services de Santé Alberta, les écoles albertaines vont pouvoir demander la mise en place de nouveaux programmes pour leurs élèves.

Chaque école est différente, précise Mme Davies, et c’est à chacune de développer un programme approprié à ses besoins. Les écoles rurales ont accès à moins de ressources que celles des grandes villes, mais « toute forme de soutien est précieuse », ajoute-t-elle.

« Certaines écoles pensent ne pas avoir besoin [de programme de santé mentale], dit-elle, mais elles en ont besoin, elles ne le voient simplement pas parce que les enfants ne se manifestent pas. »

En Alberta, il existe actuellement 37 programmes de santé mentale qui sont offerts dans plus de 180 écoles. Deux de ces programmes sont francophones : le projet Espoir, à Edmonton, et Appartenance, à Calgary.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité