Retour

Syndrome du bébé secoué : l'Abitibi-Ouest se mobilise pour Colyn

Une grande mobilisation s'organise en Abitibi-Ouest pour aider Colyn, un enfant atteint du syndrome du bébé secoué, et sa famille.

Avec les informations de Tanya Neveu

La mère de Colyn doit s'occuper de lui quotidiennement, mais le logement de Macamic dans lequel la famille vit n'est pas adapté. Bientôt, la situation pourrait bien changer. Une campagne de financement a été mise sur pied pour pouvoir offrir à la famille Rivard une maison qui répond aux besoins spécifiques de l'enfant.

Colyn a 8 ans. Atteint du syndrome du bébé secoué il est aveugle, muet et ne marche pas. Il ne comprend pas les mots et doit être nourri par sonde. Il avait 4 mois le jour où sa vie a basculé.

Depuis, sa mère Linda a quitté son emploi et s'occupe de lui jour et nuit. « Le plus dur, c'est de devoir le sortir du bain. Et les escaliers. Plus ça va, plus il y a un risque que je l'échappe ou que nous tombions. Il va bientôt avoir 9 ans. C'est ça que je trouve le plus difficile », raconte-t-elle.

Son grand frère, Devon, aide aussi sa mère à prendre soin de Colyn. Malgré son handicap, il joue quand même avec lui. « Je le chatouille, je fais du bruit dans ses oreilles. Même que des fois, il va rire tout seul. »

Campagne de financement

C'est afin d'offrir un milieu de vie adapté pour Colyn et sa famille que la grand-mère de celui-ci a mis sur pied une campagne de financement: ''Ensemble pour Colyn''. Elle souhaite amasser 200 000 $ pour la construction d'une maison adaptée, répondant aux besoins de déplacements de Colyn.

Une mobilisation est déjà en marche dans la région. Gaétan Therrien et son club de moto de La Sarre ont déjà signifié vouloir aider la famille.

Quelques entreprises ont été sollicitées afin de contribuer à cette campagne de financement. Déjà, la Corporation de développement économique de Poularies a offert gratuitement un terrain à la maison et une exemption de taxes foncières pour trois ans.

Les organisateurs de la campagne de financement espèrent avoir amassé les fonds nécessaires d'ici juin 2018.

Plus d'articles