Retour

Taux de suicide élevé en A-T : Jacques Boissonneault répond à la CSN

Le Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec de la CSN demandait mercredi au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) de réinvestir dans ses différents programmes de santé mentale après qu'il ait été dévoilé cette semaine que la région a le taux de suicide le plus élevé du Québec. Le président-directeur général du CISSS-AT, Jacques Boissonneault, explique que ce sont plusieurs facteurs qui expliquent cette problématique.

Cette semaine, un rapport de l'Institut national de santé publique du Québec a dévoilé que l'Abitibi-Témiscamingue avait le taux de suicide le plus élevé du Québec.

Le président du Conseil central, Giacomo Bouchard, interpellait mercredi le président-directeur général du CISSS-AT, Jacques Boissonneault, lui demandant un réinvestissement en santé mentale. « Pourquoi, sachant ces statistiques-là, vous continuez à couper? demande-t-il. C'est insensé de faire des coupures quand on a le plus haut taux de suicide au Québec. […] On continue à couper là-dedans et à ne pas faire de prévention. Je pense que la question lui revient », croit-il.

Boissonneault se défend

Le président-directeur général du CISSS-AT, Jacques Boissonneault, a réagi aux propos du président du Conseil Central de l'Abitibi-Témiscamingue Nord-du-Québec de la CSN, Giacomo Bouchard.

« Il est faux de prétendre que les transformations qu'on a faites soient responsables de quoi que ce soit liée à la croissance du [taux] suicide. Le « transfert de ressources » en groupe de médecine familiale, on devrait plutôt parler de « développement ». Parce que dans les faits, on n'a pas enlevé des employés en CLSC, on a ajouté des gens. Donc, c'est faux de prétendre que l'ensemble des mesures qu'on est en train de faire dans le réseau n'aide pas la cause », soutient-il.

Selon Jacques Boissonneault, plusieurs facteurs sociaux peuvent expliquer cette statistique peu reluisante.

« [Il y a] le fait qu'on est en Abitibi-Témiscamingue, une région minière où vous savez, c'est cyclique. Il y a de la richesse, il y a de la pauvreté. On a aussi, dans certains territoires, comme Val-d'Or notamment, des écarts [très grand] entre des hauts revenus et des bas revenus. Il y a aussi des éléments facilitateurs comme l'emploi. Ce sont tous des facteurs [à considérer]. Il y a aussi le phénomène des communautés autochtones sur notre territoire où il y a quand même beaucoup de personnes vulnérables », explique-t-il.

Le taux de suicide en Abitibi-Témiscamingue est de 23 décès pour 100 000 personnes, alors que la moyenne québécoise est de 13,4.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine