Retour

Tembec et l'Action Boréale s'entendent sur les coupes forestières dans le secteur Kanasuta

Tembec et l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue se sont entendus pour la coupe de 20 000 m3 de bois dans le secteur Kanasuta, à Rouyn-Noranda. L'Action boréale souhaite faire reconnaître ce secteur comme une aire protégée.

Avec les informations de Claude Bouchard

Après des discussions, Tembec a accepté de protéger une bande de 60 mètres autour des cours d'eau et de de ne pas endommager les aux milieux humides comme les aulnaies et les cédrières.

Ces zones ont été identifiées au préalable par l'Action boréale. Des bouquets d'arbres seront aussi préservés de la coupe.

Le président de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, Henri Jacob, est fier du travail accompli. À son avis, il s'agit d'une preuve de la bonne volonté de l'organisme. « C'est un point de départ et on espère que dans l'avenir, ce genre de discussion-là va continuer et qu'on n'aura pas toujours l'impression d'être toujours en bataille ou que souvent on laisse croire, par nos politiciens, qu'on est juste des opposants, mais plutôt qu'on est des gens qui vivent ici en région et on aimerait bien que la foresterie soit modifiée de façon et à répondre aux besoins de l'industrie et aussi à protéger la biodiversité qui est essentielle pour le futur de nos enfants », plaide-t-il.

Tembec se réjouit aussi que les discussions aient porté fruit. « Le fait de laisser des bandes, c'est sûr qu'on coupe un peu moins d'arbres, mais l'impact n'était pas majeur dans ce cas-là pour l'ensemble du chantier. Je considère, oui, qu'il faut souligner le mérite de l'Action boréale et de Tembec à avoir travaillé ensemble, parce qu'on n'était pas obligés de faire ça. Tembec aurait pu décider : On fait la coupe, on a le droit, le gouvernement nous autorise... Ça aurait terminé, pas avec la même histoire disons », souligne la directrice de la foresterie pour le Québec chez Tembec, Geneviève Labrecque.

Tembec est ouverte à ce que ce protocole serve d'exemple pour d'autres zones jugées sensibles par l'Action boréale comme le secteur du lac Vaudray-Joanès ou du Lac Parent à l'est de Senneterre.

Plus d'articles

Commentaires