Retour

Travailleurs accidentés : lancement d'une pétition pour le maintien des revenus après 65 ans

L'Association des travailleuses et travailleurs accidentés de l'Abitibi-Témiscamingue (ATTAAT) souhaite attirer l'attention sur leurs revenus après l'âge de 65 ans. Une pétition a d'ailleurs été lancée sur le site de l'Assemblée nationale à cet effet le 18 décembre. Les accidentés affirment que les dispositions actuelles de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail ne leur permet pas de vieillir dans la dignité.

Avec les informations de Claude Bouchard

Yvan Arseneault est dans tous ses états quand il pense à son prochain anniversaire. Cet accidenté du travail depuis 1983, n'aura bientôt plus droit à son indemnité pour invalidité totale temporaire de 2908 $ par mois. « On me coupe toutes mes prestations à la date de mon anniversaire au mois de février », déplore-t-il.

Son revenu sera composé de prestations de Retraites-Québec et d'une pension fédérale de la Sécurité de la vieillesse pour un total de 900 $ par mois.

La situation est différente pour les personnes qui bénéficient de l'indemnité de remplacement du revenu (IRR). Le responsable des communications Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail pour l'Abitibi-Témiscamingue, Yvon Grégoire, explique que leur « indemnité est réduite de 25 % au 65e anniversaire de naissance, on va la réduire de 50 % au 66e anniversaire et par la suite, on va la réduire une dernière fois de 75 % au 67e anniversaire. Ce droit d'indemnité de remplacement de revenu va s'éteindre au 68e anniversaire. »

L'Association des travailleurs accidentés demande à ce que des prestations soient maintenues, en déduisant les montants octroyés par Retraites-Québec et de la Sécurité de la vieillesse.

Dans une lettre envoyée au mois d'août à l'Association, le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale mentionnait que le Comité consultatif du travail et de la main-d'oeuvre était déjà mandaté pour mener une réflexion sur la question. Le ministre Sam Hamad n'était pas disponible pour accorder une entrevue à ce sujet aujourd'hui.

L'ATTAAT débutera bientôt une tournée régionale pour faire connaître aux travailleurs sa pétition, qui est d'ailleurs disponible sur le web.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine