Retour

Un coordonnateur embauché pour mener la nouvelle structure de concertation régionale

La Table des préfets d'Abitibi-Témiscamingue s'apprête à entrer officiellement en service afin de devenir la principale instance de concertation en Abitibi-Témiscamingue. La Conférence des préfets confirme avoir embauché un coordonnateur. Son nom sera annoncé d'ici quelques jours.

Avec les informations de Vanessa Limage

Le coordonnateur embauché n'aura pas une mince tâche. Il devra « pouvoir assister la Conférence des préfets et faire le lien avec tous les autres organismes avec lesquels on va faire affaire: Valorisation Abitibi-Témiscamingue, probablement avec l'Observatoire. Et alors, cette personne-là va être la permanence avec les comités techniques lorsqu'on aura des dossiers forêt, mine, éducation... Donc, cette personne-là va s'occuper de tout agencer. Ça va être le chef d'orchestre », explique le porte-parole de la Table des préfets et maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher.

L'identité de l'employé sera dévoilée au cours des prochains jours. Le coordonnateur entrera en poste la semaine du 7 septembre. La date exacte de mise en opération de la Table des préfets demeure inconnue.

Paul-Antoine Martel, membre du mouvement citoyen Projet AT découlant de la mobilisation « Touche pas à ma région », se réjouit de l'embauche d'un coordonnateur. Il souhaite que l'instance de concertation puisse entrer en fonction rapidement. « On l'a senti chez la population, on souhaite garder la région Abitibi-Témiscamingue. Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud. Puis, on espère qu'il est encore chaud. Qu'il va pouvoir encore être battu ce fer-là. Donc c'est certain que cette grande période de temps là, ce n'était pas nécessairement l'idéal. D'un autre côté, il y avait une réflexion, il y avait des discussions à avoir », dit-il.

La Table des préfets comprendra 10 personnes de la société civile,10 élus, en plus des 5 directeurs généraux des MRC.

Mario Provencher admet que la nouvelle organisation fera face à quelques défis. « Il est certain que avec la grosseur de l'organisme qu'on a, on ne pourra pas tout réaliser. Mais à partir du moment [où] la personne qui va faire la coordination va être en place, on va pouvoir, dans les semaines qui vont suivre, lors d'une rencontre spéciale qu'on va faire entre élus, vraiment identifier quelles seront les priorités, au niveau de la région. Notre plus grand défi, c'est d'inventer quelque chose qui n'existe pas, puis d'essayer de rallier le plus de monde possible autour de l'organisme qu'on va créer », estime-t-il.

La nouvelle instance devrait être opérationnelle d'ici la fin de l'automne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine