Retour

Un des deux seuls oncologues de l'Abitibi-Témiscamingue démissionne

Un des deux oncologues qui pratiquent dans la région a effectué ses dernières heures de travail cette semaine. Le médecin spécialiste du cancer Maed Osili a remis sa démission au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) à l'automne 2016.

Radio-Canada a obtenu copie d'une lettre datée du 7 novembre dernier et cosignée par Maed Osili et Liette Boyer, une oncologue en fin de carrière qui compte 40 ans de service dans la région. Dans le document, tous deux s'inquiètent de dysfonctionnements au CISSS pour ce qui est de l'oncologie régionale.

Le docteur Osili évoque notamment des dysfonctionnements entre le département régional d'oncologie et certains établissements de la région, particulièrement l'hôpital de Rouyn-Noranda, une situation démentie par le CISSS-AT.

Les oncologues d'ici ne sont pas respectés. Entre autres choses, ils ne peuvent pas voir les patients comme il se doit ni déterminer leur horaire. Dans ce milieu, l'oncologue de garde en région est rarement appelé pour les cas complexes ou encore les urgences oncologiques.

Extrait de la lettre datée du 7 novembre 2016

Relations problématiquesOn y indique certaines relations difficiles entre les oncologues et les internistes. Les oncologues traitent exclusivement des patients atteints de cancer. Les internistes possèdent pour leur part une spécialisation qui touche à plusieurs champs de la médecine, dont l'oncologie, mais pas de manière aussi pointue.

Plus particulièrement à Rouyn-Noranda, selon M. Osili et Mme Boyer, on parle de prise de contrôle de l'oncologie par les internistes et d’un manque de respect envers le travail des oncologues de la région. On y cite notamment le recours récurrent à des médecins de Montréal.

Déshumanisation de la pratique

Depuis la mise en place du Centre intégré de santé et de services sociaux, les oncologues déplorent aussi de ne pas être consultés dans la mise en place des changements liés à la réorganisation.

Ils parlent aussi de déshumanisation en fonction d'impératifs de performance. C'est donc relativement à ces dysfonctionnements que le Dr Maed Osili a remis sa démission.

Lors des consultations, le lien malade-oncologue est difficile à créer, car l'interniste s'impose très souvent dans le moment de consultation avec ou sans l'infirmière pivot en oncologie, avec ou sans la pharmacienne, transformant la consultation en "présentation de cas" [...] piégeant le malade en le privant d'un temps de réflexion avec l'oncologue, une fois les faits exposés, pour sa décision finale.

Extrait de la lettre datée du 7 novembre 2016

Réaction du CISSSPour sa part, le CISSS se défend d'avoir une responsabilité dans la démission du médecin. La directrice des services professionnels et de l'enseignement universitaire, la Dre Annie Léger, dit être en processus de recrutement.

« C'est la même situation dans beaucoup de nos spécialités en Abitibi-Témiscamingue. Le recrutement est un travail presque à temps plein. Là, c'est l'oncologie. Je peux vous dire qu'il y a d'autres spécialités où on est en processus de recrutement intensif à la suite de départs de certains médecins spécialistes et ça reste toujours une décision finale du médecin », explique-t-elle.Elle ajoute que la qualité et la continuité des soins et services continueront d'être assurées grâce au soutien de médecins dépanneurs.

Recrutement en radiothérapiePar ailleurs, la Dre Annie Léger ne s'inquiète pas d'éventuels problèmes de recrutement dans la perspective de mise en place d'un centre de radiothérapie à Rouyn-Noranda.

« C’est un projet qui évolue. Lentement, mais sûrement », rassure-t-elle.La directrice des services professionnels et de l'enseignement universitaire du Centre intégré de santé et de services sociaux explique que l'oncologue médical, aussi appelé hémato-oncologue, est un spécialiste de l'utilisation de la chimiothérapie dans la lutte contre le cancer, alors que le radio-oncologue est spécialiste de l'utilisation de la radiation à des fins thérapeutiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine