Retour

Un expert en intervention post-traumatique à Lac-Simon

L'expert reconnu internationalement en intervention post-traumatique, Michel Oligny, est à Val-d'Or pour rencontrer les policiers de Lac-Simon. Ce sont les tragiques événements de samedi dernier, où un policier a perdu la vie, qui l'amènent dans la région.

Michel Oligny est travailleur social et ancien policier de la Sûreté du Québec, pour qui il a travaillé pendant 26 ans. L'homme est familier avec l'équipe de policiers de Lac-Simon. Il les accompagne psychologiquement depuis près d'une dizaine d'années.

Aujourd'hui et demain, il rencontrera individuellement tous les membres du poste de Lac-Simon. Après quelques rencontres, il constate que plusieurs d'entre eux ont la même réflexion. « Souvent, la question existentielle qu'ils posent, c'est : "Pourquoi? Pourquoi lui? Un si bon gars, une si bonne personne." Mais il n'y a pas de réponse à ça, malheureusement », dit-il.

Le travailleur social ajoute que quand « ces jeunes-là vont reprendre l'uniforme, puis ils vont répondre aux premiers appels, ils vont avoir un taux de stress très élevé. Le plus vite possible que ces gens-là vont retourner en fonction, mieux c'est, à condition qu'ils soient aptes mentalement et physiquement à retourner prendre leurs fonctions. Parce que, dans le temps, plus tu rallonges le délai de retour au travail, plus que, des fois, le cerveau nous joue des tours. »

Michel Oligny n'est pas le seul à intervenir auprès des policiers de Lac-Simon. Hier matin, l'organisme spécialisé pour les intervenants en situation d'urgence, La Vigile, a effectué une rencontre de groupe avec les policiers.

La Vigile intervient aussi

Le directeur général de la maison La Vigile, et président-fondateur, Jacques-Denis Simard fait le compte-rendu de la rencontre. « Les gens ont été capables de verbaliser leurs émotions à travers tout ce qu'ils vivaient, tout l'impact psychologique que ça a eu sur eux. Les peurs. Tout ce qui est attaché aux émotions négatives aussi. Ça permis même d'avoir certaines rencontre individuelles avec certaines personnes », relate-t-il.

Jacques-Denis Simard a aussi mentionné qu'il s'attend à ce que plusieurs interventions devront être faites après les funérailles du policier tué samedi, Thierry LeRoux. Un événement qui soulèvera une charge émotive importante.

Accès restreint aux médias

Par ailleurs, le Conseil de la nation Anishinabe de Lac Simon a décidé de restreindre l'accès aux médias dans la communauté. Depuis les événements de samedi, de nombreux journalistes se sont déplacés à Lac Simon.

Selon le Conseil, cela a eu pour effet de déstabiliser les membres de la communauté. C'est pourquoi la collaboration des médias est maintenant demandée pour laisser la communauté vivre son deuil.

Plus d'articles