Retour

Un fleuron de l’Abitibi, Mines Richmont, pourrait être vendu à l’ontarienne Alamos Gold

La société minière Mines Richmont de Rouyn-Noranda est impliquée dans deux transactions majeures : l'une avec la Corporation Aurifère Monarques de Val-d'Or et l'autre avec la compagnie ontarienne Alamos Gold.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Deux importantes transactions

Dans un premier temps Mines Richmont vend tous ses actifs à la Corporation Aurifère Monarques de Val-d’Or. Monarques met ainsi la main sur la mine Beaufor de Val-d’Or, l’usine Camflo de Malartic et le projet en développement Wasamac dans le quartier Évain, à Rouyn-Noranda et tous les claims miniers, baux et concessions minières situés au Québec.

Jean-Marc Lacoste, président et chef de la direction de la Corporation Aurifère Monarques, affirme que « c'est une transaction qui est chiffrée entre 15 et 25 millions étant donné qu'on paye en actions de Monarques, ça fluctue avec le cours du marché. C'est un grand pas de géant pour Monarques qui est passée d'une société [minière] junior à senior avec une mine en production de 150 employés, une production aurifère annuelle avec la mine Beaufor et plusieurs projets en attente de développement du côté de Val-d'Or Est et de Rouyn-Noranda. »

Le projet en développement à Rouyn-Noranda en question est celui de Wasamac, près d'Artnfield.

Après cette transaction, la compagnie ontarienne Alamos Gold a annoncé une offre d’achat de Mines Richmont. L’offre a été acceptée par les deux conseils d’administration. Cette transaction doit être approuvée par les actionnaires des deux entreprises respectives.

Une bonne nouvelle pour les travailleurs

Le vice-président aux opérations chez Mines Richmont, Christian Boursier, n'y voit que de bonnes nouvelles.

« C'est deux transactions qui n'ont pas été planifiées comme ça, c'est juste un concours de circonstances que ça se présente comme ça, dit-il, mais nous on pense que c'est vraiment une belle belle opportunité pour les actionnaires et aussi pour les travailleurs. On est contents pour nos travailleurs ici de la région qui vont se trouver une compagnie pour laquelle la mine Beaufor va être leur bébé et ils vont en prendre soin. D'un autre côté, on est contents aussi pour nos employés de la mine Island Gold en Ontario puisque la compagnie Alamos c'est une compagnie qui opère en Ontario où ils ont des actifs. »

La fin pour Richmont?

Par ailleurs, si cette transaction se concrétise, Rouyn-Noranda perdra ainsi le siège social de Mines Richmont, qui est situé sur la rue Principale. L'avenir des personnes qui y travaillent demeure incertain.

« C'est triste de voir le nom de Richmont disparaitre, mais encore une fois c'est pour le mieux pour les travailleurs et actionnaires. Pour le bureau de Rouyn-Noranda, il n'y aura plus de siège social de Richmont comme tel en région puisque Richmont n'existera plus, mais le bureau de la région sert aussi de support aux opérations. On va regarder dans les prochains mois ce qui va se passer avec ça, mais ça va être surtout être une décision d'Alamos », précise Christian Boursier.

Une transaction qui inquiète la chambre de commerce

Cette transaction inquiète le président de la chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger. Il craint les impacts de la perte du siège social de Mines Richmont à Rouyn-Noranda. « Mines Richmont, c'est une minière propriété abitibienne, c'est un fleuron. De voir cette minière quitter la région, c'est toujours préoccupant, ce n'est jamais une bonne nouvelle de perdre un siège social dans une région comme l'Abitibi-Témiscamingue, surtout dans le monde minier », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine