Retour

Un professeur de l'UQAT étudiera les effets du numérique sur l'écriture

Un professeur en éducation de l'UQAT étudiera les effets du numérique sur l'écriture. Pascal Grégoire, professeur de didactique du français langue première à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), a obtenu une subvention de 25 000 $ du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour réaliser une étude sur le sujet.

Le projet de synthèse des connaissances permettra aux décideurs et aux professionnels de l'éducation d'adopter les meilleures pratiques, selon Pascal Grégoire.

« Justement, de faire le portrait de ce qui a été fait dans les recherches, dans les études [...] Quelles sont les formes d'écriture que les enseignants canadiens et québécois utilisent en classe de français? Quand on donne un ordinateur, une tablette ou un téléphone cellulaire à un élève, est-ce qu'on a des résultats plus élevés? Est-ce que les élèves vont s'en sortir un peu mieux? Est-ce qu'ils vont écrire un peu mieux? À long terme? À moyen terme? Donc on veut essayer d'y voir plus clair dans tous ces résultats de recherche, en fonction des divers outils d'écriture », explique le chercheur. 

Selon Pascal Grégoire, ce type de recherche permettra d'éclairer les enseignants, les directions d'écoles et de commissions scolaires et les chercheurs et les aider à faire des choix dans leur pratique.

Pour réaliser ce projet, il a collaboré avec trois autres chercheurs, soit Thierry Karsenti, professeur titulaire à l'Université de Montréal (UDM), Maria Lourdes Lira Gonzales, professeure en didactique des langues secondes à l'UQAT, et Simon Collin, professeur au département didactique des langues de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine