Retour

Un puits sur trois est contaminé en Abitibi-Témiscamingue

Le tiers des échantillons d'eau de puits analysés dans la région depuis 2015 dépassent les normes de qualité de l'eau potable. C'est ce que confirme une étude menée par les Organismes de Bassin Versant d'Abitibi-Jamésie et du Témiscamingue, en collaboration avec le Centre intégré de santé et de services sociaux.

Avec les informations de Tanya Neveu

Un échantillonnage volontaire a été fait auprès de 300 propriétaires de puits dans la région.

Les résultats des analyses d'eau révèlent que 16 % des échantillons dépassent au moins un paramètre bactériologique, soit les coliformes.

Les données sont encore plus préoccupantes en ce qui concerne les paramètres physico-chimiques, soit les métaux, nitrites et nitrates. 33 % des échantillons dépassent les normes de qualité de l'eau potable.

Impacts sur la santé

Une situation qui pourrait avoir des impacts sur la santé des consommateurs, explique la directrice générale de l'OBVT, Marilou Girard-Thomas.

« À long terme, on peut parler de cancer potentiellement, de problèmes de circulation sanguine. Ce sont des problèmes de santé irréversibles et c'est préoccupant à ce niveau-là. C'est pourquoi on recommande aux gens de bien savoir ce qu'il y a dans leur eau pour s'assurer qu'elle est potable », affirme-t-elle.

Quelque 30 % des ménages en Abitibi-Témiscamingue sont alimentés à partir de puits résidentiels.

Les OBV rappellent également que, contrairement aux personnes desservies par un réseau d'aqueduc municipal, les propriétaires de puits résidentiels sont les seuls responsables de procéder à l'analyse de leur eau.

Plus d'articles