Retour

Un tournant pour la Commission Viens en 2018

Les travaux de la Commission d'enquête Écoute, réconciliation et progrès reprennent ce matin à Val-d'Or. La commission d'enquête provinciale, qui se penche sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, entamera sa douzième semaine d'audience.

Un texte d'Émélie Rivard-Boudreau

La commission d'enquête présidée par le juge Jacques Viens prendra un tournant en 2018.

Elle commence aujourd'hui un dernier bloc de deux semaines d'audience à Val-d'Or, avant de se déplacer vers Montréal du 12 au 19 février et du 12 au 19 mars.

Plus de citoyens

Dans ses onze premières semaines d'audience, la Commission Écoute, réconciliation et progrès a entendu 131 témoins, principalement institutionnels, comme des chefs de communautés autochtones, des représentants de services publics ou des experts.

Cette année, plus de citoyens autochtones viendront raconter leurs histoires personnelles vécues au sein des services publics québécois.

Vendredi, on entendra Angèle Petiquay, une femme atikamekw de Manawan, qui a perdu son frère et quatre autres membres de sa communauté dans un grave accident de voiture en 1977. Celle-ci a appris, près de 40 ans plus tard, de nouvelles informations sur les circonstances de cet accident.

Également, dans les deux prochaines semaines, deux demandes de huis clos seront déposées, puisque des témoins souhaitent parler à la commission de dossiers concernant la Direction de la protection de la jeunesse.

Expériences des non-Autochtones

La commission d'enquête souhaite entendre aussi des non-Autochtones qui travaillent ou qui ont travaillé dans les services publics du Québec et qui ont des informations pertinentes à fournir.

Une ex-travailleuse sociale en protection de la jeunesse dans les communautés de Lac-Simon et de Kitcisakik, Mylène Sénéchal, viendra témoigner la semaine prochaine.

Secteur de la santé

Mercredi, la commissaire aux plaintes et à la qualité des services du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue, Julie Lahaie, témoignera. Son témoignage sera suivi de celui de la directrice générale du Centre d'assistance et d'accompagnement aux plaintes de l'Abitibi-Témiscamingue.

Rappelons que le 16 octobre dernier, une femme crie, Natasia Mukash, de Whapmagoostui avait témoigné d'une expérience traumatisante vécue à l'hôpital de Val-d'Or en mai 2016.

Au moment de son témoignage, Natasia Mukash attendait toujours une réponse à sa plainte.

Le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue n'avait pas voulu faire de commentaires.

Plus d'articles