Retour

Un tournoi de hockey scolaire se tient pour la première fois en Abitibi-Témiscamingue

Un tournoi de hockey scolaire se déroule toute la fin de semaine au Centre Air Creebec de Val-d'Or.

Un texte d'Émélie Rivard-Boudreau

Dix écoles de la Ligue de Hockey préparatoire scolaire (LHPS) de partout au Québec y participent, regroupant des jeunes de 12 à 17 ans.

Le hockey scolaire est nouveau en Abitibi-Témiscamingue.

L'objectif du hockey scolaire, nouvellement implanté en Abitibi-Témiscamingue, à la Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois est de concilier le sport, la vie de famille et les études.

Trois équipes, des écoles secondaires Le Transit et de la Polyvalente Le Carrefour, de Val-d'Or, ainsi que de l'école Le Tremplin, de Malartic, portent les couleurs du Filon.

Le responsable du programme hockey du Filon, François Lévesque explique que « le programme est fait aussi pour permettre à l'élève, à la fin de la journée scolaire, d'avoir du temps soit pour aller au travail, si tu es un 16-17 ans, ou bien avoir ton temps personnel à la maison, et d'avoir tout ton temps pour les devoirs et les leçons en soirée. Donc, il n'y a pas de hockey après les heures scolaires. »

Une formule qui satisfait les parents et les élèves

Cette formule a changé la vie de plusieurs parents, comme Michel Dumont, de Val-d'Or.

« Dans le hockey civil, tout se passe le soir, ça fait que pour les parents qui travaillent, c'est toujours la course contre la montre, tandis qu'à l'école, tout est encadré là. Ça libère beaucoup les parents ».

Les joueurs y trouvent aussi leur compte.

« J'ai du temps pour mon hockey et j'ai du temps pour faire mes devoirs et tout ça », dit Mathis Audy, de Val-d'Or, qui a remporté le prix Mathieu Darche, pour avoir fait preuve de détermination, de persévérance et de constance dans ses études et ses entraînements.

« Moi, j'aime aussi que le calibre soit plus fort », explique pour sa part et Julieanne Boire d'Amos.

Les deux joueurs évoluent ensemble dans le M15 du Tremplin de Malartic. Deux filles font partie des soixante jeunes inscrits au programme cette année.

Plus d'articles