Retour

Un tribunal reconnaît le syndrome de Raynaud comme une maladie professionnelle pour deux mécaniciens de Westwood

Le tribunal administratif du travail reconnaît que le syndrome de Raynaud que présentent deux mécaniciens de la mine Westwood, à Preissac, est lié à leur travail. Après un an de procédures, cette décision renverse la décision de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail qui n'établissait aucun lien entre les symptômes des travailleurs et leur métier.

Le syndicat des Métallos, qui représente les travailleurs de la mine Westwood, est très satisfait de cette décision. Le président de la section locale 9291, André Racicot, croit que cette décision pourrait faciliter le règlement des dossiers pour d'autres travailleurs.

Agir en amont

« C'est une bonne nouvelle, lance-t-il d'emblée. Cependant, nous autres, ce qu'on cherche avec ça, c'est de trouver une solution pour ne pas que ça se reproduise. On veut de la prévention au bout de tout ça. L'indemnisation, c'est correct, c'est un droit en vertu de la loi, mais nous on aimerait mieux avoir des moyens de corrections pour éviter cette maladie-là. »

Le syndrome de Raynaud se manifeste par une décoloration des mains, une mauvaise circulation sanguine et des symptômes neurologiques comme l'engourdissement des mains.

L'employeur reconnaissait jusqu'à présent qu'il s'agissait d'une maladie professionnelle pour les mineurs, mais non pour les mécaniciens.

La direction de la mine Westwood devrait réagir ultérieurement.

Plus d'articles

Commentaires