À 77 ans, la photographe française de renommée internationale, Marie-France Letrange, est venue dans la région « sur le pouce ». Autostoppeuse depuis plus de 20 ans, l'artiste, mieux connue sur le nom de Malie Letrange, est en visite chez son amie, la peintre abitibienne Louisa Nicol.

Un texte de Guillaume Rivest

Malgré son âge, l'artiste n'a pas peur des mauvaises rencontres. À 77 ans, Malie Letrange fait fréquemment de l'autostop pour se déplacer.Loin d'être inquiète d’embarquer à bord de la voiture d’un étranger, Malie Letrange croit qu'il s’agit plutôt pour elle d'aller à la rencontre des gens.

Partie de Toronto en autostop, Malie Letrange dit avoir rencontré des gens forts sympathiques.« J'ai trouvé la bonne voiture qui m'a pris pendant quatre heures pour arriver à North Bay à 7h du soir. Il n'était plus question de faire du stop pour arriver à Rouyn-Noranda, il était trop tard. Alors j'ai dit à ces gens-là que j'allais prendre un petit hôtel. Ils m'ont répondu, il n'en est pas question, on vous amène sur notre île », raconte-t-elle.Tisser des liensDepuis 20 ans, Malie Létrange a déjà fait plus de 1500 km en autostop afin d'aller voir ses petits-enfants.Elle est actuellement de passage à Palmarolle pour visiter sa bonne amie, la peintre Louisa Nicol.« Moi je suis allé à Paris, explique Mme Nicol. Mais elle était déjà partie en Inde cette fois-là. Là, on ne se rate pas. Elle est venue courageusement en Abitibi me voir ici, à Palmarolle. La prochaine fois que je vais à Paris, je vais chez elle ! »Malie Letrange quittera la région dans les prochains jours pour rallier Montréal où certaines de ses photos sont exposées au cinéma Beaubien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine