Retour

Une bonne saison pour les hôteliers de l'Abitibi-Témiscamingue

Comme pour Montréal et Québec, la saison estivale est bonne pour les hôteliers de l'Abitibi-Témiscamingue. Cependant, c'est surtout le climat économique favorable qui expliquerait les résultats de la région. 

La Ville de Québec se dirige vers un été record avec un indice d'occupation hôtelière en hausse de 7%. Dans la région métropolitaine, La Presse rapportait que les établissements hôteliers du centre-ville connaissent un taux d'occupation de 72,5%, un taux jamais égalé depuis les années 1980.

« Je pense qu'en Abitibi-Témiscamingue, la réalité est plus rattachée à la vitalité économique. Les mines performent bien, le secteur du bois performe bien et bien évidemment, le tourisme qui se rajoute, c'est un petit plus dans notre chiffre d'affaires. Présentement, le climat économique est bon en Abitibi et les hôteliers qui traitent avec tous ces gens-là en profitent, quel que soit leur niveau de classification », indique le vice-président de l'Association des hôteliers de l'Abitibi-Témiscamingue, Jean-Pier Frigon.

Jean-Pier Frigon constate également que, contrairement aux grands centres urbains, les hôteliers de la région vivent moins de grosses pointes d'achalandage. La clientèle est plus régulière, notamment avec les touristes américains en hiver.

Selon les plus récentes données de Tourisme Québec, pour le mois de mai 2016, l'Abitibi-Témiscamingue a obtenu un taux d'occupation de ses hôtels à 53,6%, soit une baisse de 1,9%, par rapport au taux de 55,5% en mai 2015. 

Plus d'articles

Commentaires