Retour

Une centaine de personnes inquiètes à la consultation sur le CHSLD de Palmarolle

La fermeture du CHSLD de Palmarolle soulève beaucoup d'inquiétudes en Abitibi-Ouest.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Près d'une centaine de personnes ont assisté à une rencontre publique d'information, lundi soir, animée par le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Yves Desjardins.

M. Desjardins a expliqué la décision de son organisme de fermer le CHSLD en raison de problèmes de structure du bâtiment.

Les 21 résidents du CHSLD de Palmarolle seront transférés, d'ici trois semaines, à Macamic ou à La Sarre.

La famille de chacun des résidents sera rencontrée individuellement.

Quant aux employés, ils seront eux aussi relocalisés aux CHSLD de La Sarre et Macamic.

Plusieurs participants à la rencontre d'information craignent que cette relocalisation des résidents du CHSLD de Palmarolle ne soit permanente. Ils tiennent mordicus à conserver ces services dans leur localité. « Oui, je suis inquiet concernant la reconstruction dont M. Desjardins parlait, qui n'est pas sûre, et là on tombe dans le vague, je n'aime pas ça », dit Guy Fortin, résident de Palmarolle.

Trop tôt pour prendre une décision

À ce stade-ci, le PDG du CISSS-AT, Yves Desjardins, n'est pas en mesure de calmer ces inquiétudes.

Il s'engage toutefois à présenter une étude sur les coûts liés aux différentes options. « Comme on s'est dit, on va revenir avant Noël avec une analyse exhaustive parce que là, il est trop tôt pour faire l'analyse de combien ça coûterait bâtir, combien coûterait rénover. Il est trop tôt encore, je me suis engagé à le faire, on va venir le présenter », assure-t-il.

Garder ses 21 lits

Pour sa part, la mairesse de Palmarolle, Louisa Gobeil, a l'intention de s'assurer que les services de CHSLD reviennent rapidement dans sa municipalité. « Les gens sont émus, touchés par le fait qu'on relocalise temporairement. À notre avis, c'est temporaire, parce qu'on va travailler pour garder nos acquis. Il y a déjà eu des promesses de faites dans les années antérieures. On va pousser pour garder nos 21 lits à Palmarolle », déclare-t-elle.

Le CLSC devrait pour sa part demeurer à Palmarolle, mais on ignore toujours dans quel emplacement.

Chose certaine, l'avenir des services de CHSLD à Palmarolle sera un sujet chaud dans la circonscription d'Abitibi-Ouest lors de la campagne électorale.

Plus d'articles