Retour

Une chanteuse jazz nommée Rouyn Noranda... s'en vient chanter à Rouyn-Noranda!

Elle est née en Ohio en 1956. Son père l'a baptisée Rouyn Noranda Carter en l'honneur des villes jumelles. Elle vit en Californie, où elle est chanteuse jazz. En mai, elle chantera pour la première fois dans la ville dont elle porte le nom, au Festival des guitares du monde en Abitibi-Témiscamingue (FGMAT). Rouyn Noranda s'en vient en ville.

Santa Monica

Septembre 2016, le chroniqueur culturel de longue date d’ICI Abitibi-Témiscamingue Alain Vézina est en voyage en Californie pour assister à un concert d’Electric Light Orchestra.

« J’ai décidé d’aller à Santa Monica, un matin, pour le lever du soleil. C’est vraiment extraordinaire. Graduellement s’installaient des musiciens le long du fameux pier », se remémore-t-il. C’est une tradition pour les musiciens locaux d’aller sur le quai de Santa Monica pour se faire découvrir des touristes.

La vidéo ci-haut a été tournée par Alain Vézina lors de sa rencontre avec Mme Carter.

« Près de l’eau, à l’endroit où c’est écrit "Fin de la route 66" – c’est l’endroit symbolique de la fin de la route 66 – il y avait une chanteuse que j’écoutais, continue M. Vézina. Elle me demande : "D’où venez-vous?" Hésitant à répondre Rouyn-Noranda, me disant que je vais la perdre, j’ai répondu : "Montréal, Québec." Elle m’a dit : "Bonjour, mon nom est Rouyn Noranda." Je me dis qu’elle devait se tromper. Je trouvais ça bizarre, mais pourtant, je vois bel et bien une affiche sur laquelle c’est écrit : "Rouyn Noranda chante les standards de jazz". Alors là, je me suis dit : "Il y a quelqu’un qui me joue tout un tour!" »

C’était pourtant vrai.

***

Pee Wee Carter

L’histoire commence au cours de l’été 1956, au coeur de « l’époque des hôtels » de Rouyn-Noranda. À ce moment, les villes soeurs comptent une panoplie d’hôtels et clubs abondamment fréquentés où l’ambiance est assurée, jusqu’à sept soirs sur sept, par des musiciens. Parmi ceux-ci, l'un des plus grands noms du jazz, Duke Ellington. Le nightlife de Rouyn et Noranda est survolté.

Robert « Pee Wee » Carter, saxophoniste jazz, est né au Kentucky, aux États-Unis, en 1909. Au cours de sa carrière, il accompagne de grandes pointures, dont l’organiste Jimmy Smith, tout en menant son propre orchestre.

Pee Wee Carter n’a jamais eu la renommée qu’il aurait méritée. Il a d’ailleurs toujours clamé avoir composé la pièce One Mint Julep, l’un des premiers succès de l’étiquette Atlantic, en 1952, enregistrée par The Clovers et attribuée au compositeur Rudy Toombs.

Maroon Lounge

En 1956, M. Albert Coutu, de Rouyn-Noranda, engage M. Carter par l'entremise d'une agence américaine. Selon toute vraisemblance, le Pee Wee Trio se produit au Maroon Lounge de l’Hôtel Albert durant quelques semaines en juin et juillet.

« Il m'a dit que c'était une ville francophone et il m'a dit que c'était une ville pittoresque. Il m'a aussi dit que les francophones y adoraient la musique jazz », relate sa fille.

Inspiré par son périple, M. Carter suggère les noms Rouyn et Noranda à sa femme pour leurs jumelles devant naître en août 56. Étant en tournée, il ne peut assister à leur naissance, mais pour lui, la synchronicité est significative. Il se trouve dans les villes jumelles alors que ses jumelles doivent venir au monde.

Surprise au moment de l’accouchement. Ce ne sont pas deux filles qui naissent, mais une seule! Qu’à cela ne tienne, on lui donnera les deux noms : la petite est baptisée Rouyn Noranda Carter.

Elle détestait son nom

« J’ai longtemps détesté mon nom », admet la chanteuse. En anglais, Rouyn, mal prononcé, sonne comme « ruine ». Pour elle, son nom a une connotation si ténébreuse et triste qu’elle préfère se faire surnommer autrement.

Mais à 19 ans, les chemins de la vie l’amènent ici pour la première fois, pour un contrat de travail. C’était avant qu’elle ne devienne chanteuse. Elle apprend alors à prononcer son nom correctement. Ici, plutôt que d’être une source de raillerie, son nom est une source d’étonnement et de fierté. Dès lors, elle prononcera et portera son nom fièrement.

Rouyn Noranda Carter est l'incarnation même, un témoignage vivant, de la vitalité musicale unique qui prévalait dans les villes soeurs à une certaine époque.

***

Retour à Rouyn-Noranda

Après leur rencontre fortuite, Rouyn Noranda et Alain Vézina ont discuté quelque temps de son histoire invraisemblable. Le mélomane s’est procuré son disque. De retour à Rouyn-Noranda, il est allé rendre visite à l’équipe du Festival des guitares du monde en Abitibi-Témiscamingue (FGMAT), dont il a longtemps fait partie, étant l'un des cofondateurs. Quand il leur a raconté cette histoire, il a été évident pour eux qu’il fallait inviter Mme Carter à se produire ici.

C’est chose faite.

Rouyn Noranda chantera à Rouyn-Noranda. La mise en abyme est surréelle.

« Je suis si excitée que j’ai peine à respirer! Je crois que c’est quelque chose que j’ai attendu toute ma vie : revenir à Rouyn Noranda pour comprendre la signification de mon nom. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine