Retour

Une étape importante pour la création du Parc forestier intégré de Val-d'Or

Une étape importante a été franchie pour la création du Parc forestier intégré de Val-d'Or. Le 15 janvier dernier, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a confirmé l'octroi d'une garantie d'approvisionnement à l'entreprise Scrimtec, pour l'établissement d'une usine de bois d'ingénierie à Val-d'Or.

Un texte d'Émélie Rivard-Boudreau

L'octroi final de cette garantie, entre 200 000 et 250 000 mètres cubes, doit cependant être le sujet de consultations auprès des communautés autochtones et des organismes responsables de la mise en marché.

L'établissement de l'usine Scrimtec fera partie du Parc forestier intégré, coordonné par La Corporation de développement industriel et commercial de Val-d'Or (CDIVD). Selon le commissaire industriel de la Corporation, Jean-Yves Poitras, cette étape permet de rassurer les partenaires du projet et d'établir désormais un échéancier.

« Ce que nous on est en train de faire, c'est de positionner les usines, parce qu'on a accès à des plans d'usines. Un centre intégré, c'est plusieurs usines, mais c'est aussi de l'échange de produits. Donc, plus près elles sont une de l'autre, le moins d'énergie ça prend pour transférer les produits. C'est ce qu'on est en train de faire. C'est de synchroniser ces implantations-là et ensuite, faire cette implantation-là sur le terrain, et aller en demande pour les certificats d'autorisation, etc. », explique Jean-Yves Poitras. 

L'usine de Srimtech créerait 185 emplois directs et près de 550 emplois indirects.

Échéancier

Selon Jean-Yves Poitras, les travaux dans le parc industriel devraient débuter progressivement cet été. Les travaux d'envergure devraient cependant s'effectuer au printemps 2017 pour inaugurer le site au printemps 2018. 

À l'intérieur du Parc forestier intégré, on retrouvera, entre autres, le « Centre intégré de valorisation de la fibre » (CIVF), qui constitue une plateforme de tri et de prétraitement de bois destinés à une transformation. Le CIVF aura comme fonction de recevoir des bois issus d'opérations forestières de divers types, d'en déterminer l'utilisation optimale et de les préparer dans le but de maximiser le rendement.

Un projet de cogénération d'électricité et de vapeur, en cours de développement, devrait également être mis en service au courant de l'été 2018. 

Plus d'articles