Retour

Une firme de redressement analyse les comptes de la CSRN

La Commission scolaire de Rouyn-Noranda (CSRN) a dû faire appel à une firme de redressement financier afin de trouver une solution aux déficits budgétaires récurrents de l'organisation.

Un texte de Marc-Olivier Thibault

En décembre dernier, la CSRN a présenté un exercice financier déficitaire de près de 2 millions de dollars.

Afin de retrouver l'équilibre budgétaire, la Commission scolaire a retenu les services de Raymond Chabot Grant Thornton.

Pendant plusieurs jours au cours de la dernière année, la firme a analysé les dépenses et les revenus de l'organisation.

Le directeur général de la Commission scolaire, Yves Bédard, explique les conclusions de l'enquête interne.

« Ce que l'on reçoit comme financement au niveau de l'organisation scolaire versus la dépense que la Commission scolaire fait, il y a une différence. Ce que le ministère offre, tous les services à l'élève, on part de l'embauche des enseignants jusqu'à l'embauche des éducateurs, ce qu'on reçoit est inférieur à la dépense qu'on faisait », fait-il valoir.

Maintenir des services de qualité

Les déficits ont débuté lors des coupes du ministère de l'Éducation, selon la direction générale.

Yves Bédard explique que la Commission scolaire tenait à offrir la même qualité de service à l'élève, malgré les coupes gouvernementales des dernières années.

« Le service à l'élève, je me plais à dire que c'est "5 étoiles, 5 diamants". On savait que c'était ça et ils [la firme] nous ont confirmé que c'était ça », indique-t-il.

Parmi les modifications qui seront apportées, la CSRN compte faire une réorganisation dans les services éducatifs du secteur jeunes et à la formation professionnelle.

Avec ces mesures de redressement, la Commission scolaire espère atteindre l'équilibre budgétaire d'ici deux ans, soit en 2019-2020.

Plus d'articles