Retour

Une nouvelle distinction pour la directrice du Centre d’amitié de Val-d’Or

Actrice politique incontournable en Abitibi-Témiscamingue, la directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Edith Cloutier, a reçu mardi le Prix de la justice du Québec lors d'une cérémonie à l'Assemblée nationale.

Mme Cloutier a joué un rôle crucial dans les dénonciations de femmes autochtones de la communauté du Lac-Simon envers les policiers de la Sûreté du Québec de Val-d’Or. En plus d’avoir alerté les autorités, elle a accompagné et soutenu les femmes dans leur processus de dénonciation, tel que dévoilé dans un reportage d’Enquête à l'automne 2015.

Les dénonciations ont déclenché une commission d’enquête qui, sous la présidence du juge Jacques Viens, a pour mandat de faire la lumière sur les relations entre les peuples autochtones et les services publics et d’en « examiner les enjeux systémiques ».

Membre de la Première Nation Anishnabe, Mme Edith Cloutier est directrice générale du Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or depuis presque 30 ans. Elle a également présidé le conseil d’administration du Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec (RCAAQ) pendant 20 ans.

« Les femmes autochtones ont eu le courage et la force de dénoncer des situations d’injustice et d’inconduite. Mme Edith Cloutier et son équipe du Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or étaient présents pour soutenir ces femmes dans leur démarche respective », a souligné Christine Jean, présidente du RCAAQ depuis l’année dernière.

Créé en 1990 et décerné par le ministre de la Justice du Québec, le Prix de la justice rend hommage à une personnalité « œuvrant à la promotion d'une justice intègre, impartiale, égalitaire, efficace et à la portée de tous ».

En 2003, Édith Cloutier est devenue membre de l'Ordre du Canada grâce à son implication auprès des Autochtones.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine