Retour

Une poignée de main unique pour chacun de ses 38 élèves

Une vidéo virale d'un professeur américain a inspiré une initiative hors du commun à l'école primaire St-Gabriel de Ville-Marie, au Témiscamingue. L'enseignante Johanne Bergeron a initié l'idée de développer une poignée de main spécialisée et unique avec chacun de ses 38 élèves.

Un texte d'Angie LandryD'après une entrevue d'Annie-Claude LuneauL’enseignante Johanne Bergeron explique avoir reçu il y a quelques mois un message de la part d’une mère d’élève, qui lui partageait une vidéo virale d’un professeur américain.

Ce dernier démontre dans une vidéo sur le réseau Youtube les poignées de main élaborées spécifiquement pour chacun de ses 16 élèves. Dans le cas de Johanne Bergeron, elle a dû en retenir 38!

« La maman m’a dit : il me semble que je te vois faire ça avec les élèves! », raconte Mme Bergeron.

« Le meilleur devoir »

Elle a par la suite partagé l’idée avec les élèves de sa classe. Il va sans dire que l’enthousiasme était à son comble quand l’enseignante a donné le « devoir » de se trouver une poignée de main unique, propre à chaque jeune.

La vidéo a jusqu’à maintenant atteint près de 10 000 visionnements sur le réseau Facebook. Les commentaires qui s’y rattachent font aussi l’éloge de l’enseignante, qui a passé dans la vie de plusieurs élèves du Témiscamingue.

« Je suis un peu dépassée par tout cela, par tout cet amour-là, ça me touche énormément », explique celle qui s’étonne encore de la viralité de la publication vidéo mais surtout de la vague de commentaires positifs qui s’en suivent.

Développer le lien avec les jeunes

Selon Mme Bergeron, il s’agit d’une preuve qu’il faut développer plus que jamais le lien avec les élèves. « Il faut les aimer de tout notre cœur », dit Johanne Bergeron.

Ce lien n’empêche toutefois pas l’enseignante d’imposer rigueur et discipline en classe. Selon elle, l’initiative des poignées démontre que les projets peuvent aussi être utilisés pour appliquer le sérieux en classe.

« Je me faisais demander si on pratiquait les poignées de main. Je leur disait que ça me faisait plaisir de le faire, mais que c’est donnant-donnant, donc je demandais qu’un certain comportement soit respecté dans la classe en retour », soutient-elle.Les bénéfices d'une bonne relation

Selon la professeure agrégée au département de psychopédagogie et adaptation scolaire à l’Université Laval, Nancy Gaudreau, cette initiative réalisée par l’enseignante Johanne Bergeron est une manifestation d’attention différenciée envers les élèves. « C’est vraiment ce qu’il faut favoriser dans nos classes », souligne-t-elle. « Quand on parle de la relation maître-élève, explique Mme Gaudreau, on parle vraiment de la pierre angulaire de toute bonne gestion de classe, et de toute mesure préventive, aussi, quand on s’adresse à des élèves en difficultés comportementales ».

Selon la professeure Nancy Gaudreau, l’« effet enseignant », qui passe par la relation maître-élève, est un des champs de recherche les plus documentés du domaine de l’éducation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine