Retour

Une soixantaine d'entreprises à la recherche de main-d'oeuvre au Salon stages et emploi

Les institutions d'enseignement supérieur de la région tiennent aujourd'hui et demain leur Salon stages et emploi. La deuxième édition de cette activité de réseautage est très courue, alors que la région est aux prises avec une importante pénurie de main-d'oeuvre.

Avec les informations de Tanya Neveu

Plus de 450 étudiants et diplômés participeront à cet événement.

Le directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue fait valoir que, bon an mal an, plus de 90 % des chercheurs d'emploi diplômés trouvent un emploi dans leur secteur six mois après avoir complété leur formation.

Sylvain Blais note d'ailleurs que le salon est particulièrement couru cette année et que tous les secteurs d'emploi sont représentés.

« Avec le secteur minier, c'est bien sûr en électronique industrielle et en maintenance industrielle, en informatique. De l'autre côté, les finissants en génie sont très recherchés. Il ne faut pas négliger non plus le secteur de la santé et des services sociaux. Je pense que l'ensemble de nos finissants seront grandement courtisés », fait-il valoir.

Recruter de la main-d'oeuvre

Pour la soixante d'entreprises sur place, il s'agit d'un événement tout indiqué pour contrer la pénurie de main-d'oeuvre.

« C'est agréable car on voit la personne, on peut lui poser des questions, voir son intérêt. On peut faire des mini-entrevues aussi. Souvent, lorsqu'on voit les gens face à face, c'est mieux que derrière un écran. On a recueilli des CV. Il y a beaucoup d'intérêt. On aime ça voir que les jeunes d'ici ont de l'intérêt pour Hécla-Québec. On est vraiment positif », explique la conseillère junior en ressources humaines chez Hécla-Québec, Vanessa Desylva-Roy.

L'initiative conjointe du Cégep et de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue se déroule jusqu'à mercredi au campus de Rouyn-Noranda.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Qui est à blâmer pour cet accident?





Rabais de la semaine