Retour

Une vigile à Val-d'Or pour commémorer les femmes autochtones assassinées ou disparues

Plus d'une cinquantaine de personnes se sont rassemblées hier soir au parc Albert-Dumais à Val-d'Or pour commémorer les femmes autochtones assassinées ou disparues.

Un texte de Thomas Deshaies

La vigile aux chandelles était organisée pour une quatrième fois par le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or.

La directrice de l’organisme, Édith Cloutier, estime qu’il faut poursuivre les efforts de sensibilisation auprès de la population.

« Les femmes autochtones au Canada sont victimes de violence, elles sont plus nombreuses à être portées disparues ou assassinées, ou à avoir des enquêtes qui n'ont pas abouti », a-t-elle souligné.

En plus de contribuer à l’éducation populaire, la vigile avait pour objectif de réaffirmer le soutien aux familles éprouvées.

À de nombreuses reprises lors de la soirée, des participants ont serré dans leurs des participantes visiblement ébranlées afin de leur offrir un peu de réconfort.

En mémoire de Sindy Ruperthouse

Les parents de Sindy Ruperthouse, disparue depuis 2014, étaient présents lors de la vigile. Une dizaine de personnes arboraient d’ailleurs une photo de la disparue.

Plusieurs femmes ont livré des discours bouleversants lors de la vigile, mais la lecture par l’artiste multidisciplinaire Virginia Pésémapéo Bordeleau d’un poème en mémoire de Sindy Ruperthouse a particulièrement ému les citoyens.

La tenue d’événements de commémoration est nécessaire et souhaitable, a fait savoir Virginia Pésémapéo Bordeleau. « Afin que le monde n'oublie pas ces femmes disparues ou assassinées parce qu'on les oublie facilement, a-t-elle déploré. [C’est] peut-être le fait qu'elles soient autochtones, bon, on s'en préoccupe moins. De faire des événements comme cela, de plus en plus, c'est de vraiment faire comprendre aux gens qu'on ne doit pas les oublier et qu'on va continuer à les chercher. »

Poursuivre les efforts

Malgré la prise de conscience nationale amorcée depuis quelques années, il faut poursuivre les efforts de décolonisation du Québec, croit la directrice du Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or, Édith Cloutier.

L’événement était organisé par le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or dans le cadre la Journée de commémoration pour les femmes autochtones assassinées ou disparues.

Plus d'articles

Commentaires