Retour

UQAT : un pot, mais pas de fleurs pour le nouveau ministre de l'Enseignement supérieur

Près de 300 personnes de l'association étudiante et des quatre syndicats de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue ont dénoncé, ce matin, les compressions en éducation en écrivant un commentaire au ministre de l'Enseignement supérieur, dans le cadre de l'événement « Pas de fleurs pour le ministre ». Pendant la pause-café, des étudiants et des employés de l'UQAT ont déposé leur message dans un pot de fleurs qui sera envoyé au nouveau ministre Pierre Moreau.

Avec les informations de Vanessa Limage

« L'action d'aujourd'hui, c'est finalement le lendemain de la St-Valentin. On a décidé qu'on n'envoyait pas de fleurs au ministre, on lui envoyait un pot. Un pot qui va contenir des messages de la part de la communauté universitaire, autant des étudiants, des chargés de cours, des professionnels, des professeurs que des employés de soutien. Où on dit, on aime notre université et on est un peu tanné de tout ce que le gouvernement nous fait subir présentement », a fait savoir le président du Syndicat des chargés de cours de l'UQAT, Francis Bouffard.

L'événement « Pas de fleurs pour le ministre » s'inscrit dans un mouvement panquébécois initié par l'ensemble de la communauté universitaire. « C'est vraiment, la communauté universitaire du Québec qui se lève debout et qui revendique qu'il y ait un réinvestissement ou à tout de moins, d'arrêter de couper dans les universités dans le service aux étudiants ainsi que dans les conditions de travail des différents syndicats représentés par les universités », mentionne le président de l'Association générale étudiante de l'UQAT, Pier-Marc Corriveau.

Selon les organisateurs, seulement de l'Abitibi-Témiscamingue, près de 500 messages seront envoyés au ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.

Plus d'articles