Retour

Val-d'Or et Lac-Simon : les heures supplémentaires de la Sûreté du Québec ont doublé en 2015-2016

Le nombre d'heures supplémentaires travaillées par la Sûreté du Québec dans la MRC de la Vallée-de-l'Or a plus que doublé pour l'année 2015-2016. En comparant avec l'année 2014-2015, cette augmentation de 8723 heures supplémentaires a coûté près de 274 000$ de plus à la police provinciale.

Le responsable des services de communications avec les médias, Guy Lapointe, affirme que cette hausse est attribuable aux circonstances exceptionnelles vécues à Val-d'Or et dans la communauté algonquine de Lac-Simon.

C'est principalement attribuable à deux facteurs. Le premier est la desserte temporaire qui est faite par les policiers de la Sûreté du Québec sur la communauté de Lac-Simon. Le deuxième, ce sont les absences qu'il y a eu au poste de la MRC de la Vallée-de-l'Or, que ce soit des congés de maladie ou les membres qui étaient relevés administrativement.

Guy Lapointe

Même portrait à prévoir pour 2016-2017Comme la Sûreté du Québec assure toujours un service dans la communauté de Lac-Simon, elle prévoit que le nombre d'heures supplémentaires sera toujours au-delà de la normale pour 2016-2017, et ce, même si le nouveau poste de police mixte, avec des policiers autochtones et non autochtones, sera implanté à Val-d'Or en 2017.« C'est sûr que ça va augmenter les effectifs qui sont présents dans la région, ajoute Guy Lapointe. Par contre, il faut faire attention, les effectifs du poste mixte vont vraiment être dédiés à un certain type d'appels. Donc, ce ne sont pas des effectifs qui vont être utilisés, par exemple, pour pallier l'absence de patrouilleurs au poste de la MRC de la Vallée-de-l'Or. Ce sont deux unités qui vont avoir des missions qui sont distinctes. Donc, je ne suis pas prêt à dire que ça va nécessairement avoir un facteur d'influence sur ces chiffres-là. »Soulignons cependant que, comparativement à l'année 2013-2014, le nombre d'heures supplémentaires travaillées par la Sûreté du Québec sur l'ensemble du territoire de l'Abitibi-Témiscamingue est en baisse. Il est descendu de 37 331 heures à 28 009 heures.

Plus d'articles

Commentaires