Retour

Vente de Rona à Lowe's : surprise chez les quincaillers d'Abitibi-Témiscamingue

La surprise est grande chez les propriétaires indépendants des magasins Rona de la région à la suite de la transaction annoncée entre le quincaillier Rona et l'américaine Lowe's. Le géant américain de la rénovation se porte acquéreur de Rona pour 3,2 milliards de dollars canadiens. Les marchands indépendants de la région s'étaient prononcés contre une première offre d'achat en 2012. Aujourd'hui, ils voient l'avenir avec plus d'optimisme.

Avec les informations de Sandra Ataman

Le magasin Rona de Val-d'Or vient de quadrupler sa superficie. Un investissement de plus de 6 millions de dollars. La propriétaire Sylvie Turcotte a appris l'annonce de la transaction avec étonnement. « À toutes les fois qu'on se rencontrait, les marchands Rona, on disait tout le temps : "D'après moi, Lowe's va revenir." Mais on ne pensait pas qu'il était rendu sur le perron! », lance-t-elle.

Également propriétaire des magasins d'Amos et de Malartic, SylvieTurcotte a rencontré ses employés pour diminuer les inquiétudes. « Il y a toutes sortes de réactions, remarque-t-elle, il ne faut pas faire de la désinformation. On ne sait pas leur stratégie. Il semblerait que nous, les marchands, on fasse partie de ce plan-là. On va voir ce qu'ils vont nous offrir et, à partir de là, on prendra les décisions qu'il faut prendre. Mais pour l'instant, je ne vois rien qui [pourrait] changer dans nos localités. »

Cathy Audy, qui est approvisionneuse au magasin de Val-d'Or, se doutait que l'américaine Lowe's reviendrait à la charge. « Le prix du dollar canadien fait sûrement que ça a accéléré les choses, mais, par contre, c'est un beau fleuron québécois qu'on perd encore », déplore-t-elle.

L'ancien propriétaire de Roberge et fils de La Sarre, Gaetan Roberge, voit la transaction d'un bon oeil. « Ça va donner, pour notre clientèle, un inventaire de produits qui va être beaucoup plus large. Et le regroupement vient de se donner une force de négociation auprès des fournisseurs pour des meilleurs prix », fait-il valoir.

La transaction devra maintenant être approuvée par les actionnaires des deux entreprises et les institutions réglementaires.

Plus d'articles