Retour

Vente sur Internet : le CLD de Rouyn-Noranda veut favoriser la présence des entreprises locales sur le web

Le Centre local de développement (CLD) de Rouyn-Noranda crée deux nouveaux fonds pour inciter les commerçants à vendre en ligne. Le CLD estime qu'en 2015, les gens de l'Abitibi-Témiscamingue ont dépensé plus de 128 millions de dollars sur le web. De l'argent qui, bien souvent, quitte la région.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Le directeur général du CLD, André Rouleau, les entrepreneurs d'Abitibi-Témiscamingue ont un retard en termes de présence sur le web. « Il y a une croissance importante des volumes d'achat qui se font par Internet et si nos entreprises ne sont pas là, ce ne sont pas [elles] qui vendent », soutient-il.

Selon M. Rouleau, les ventes mondiales sur Internet totalisaient 6,6 milliards de dollars en 2014 et 8 milliards de dollars en 2015.

Encadrer la présence sur le web

Le premier fonds mis en place par le CLD est créé en collaboration avec l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Les commerçants intéressés pourront profiter gratuitement des services d'un étudiant en marketing pour créer ou développer leur site web. Celui-ci sera rémunéré par le CLD de Rouyn-Noranda.

Pour encourager ce type d'initiative, le CLD de Rouyn-Noranda offre gratuitement aux entreprises les services d'un étudiant en marketing de l'UQAT pour créer ou développer leur site web. Il s'agit là de l'objectif du premier fonds créé par le CLD.

Le vice-recteur à l'enseignement, à la recherche et à la création à l'UQAT, Denis Martel, explique que les étudiants en question viendront conseiller les entrepreneurs à savoir « comment positionner d'un point de vue marketing, d'un point de vue stratégique son entreprise à travers ces logiciels-là, c'est ça qui est fondamental. En une vingtaine d'heures, je pense qu'on est capable de donner la bonne orientation à l'entrepreneur. »

Toujours selon M. Martel, cette entente sera aussi bénéfique pour les étudiants. « C'est une forme de stage en milieu de pratique, décrit-il. Ça leur permet effectivement d'être en contact avec des entrepreneurs, d'utiliser les connaissances acquises et les connaissances qu'ils vont avoir à acquérir, au bénéfice des entrepreneurs, donc ça permet aux étudiants de se former vraiment sur le terrain. »

Soutenir la présence sur les centres d'achat virtuels

Le deuxième fonds créé par le CLD permettra d'offrir 1000 $ aux entreprises qui désirent joindre des centres d'achat virtuels québécois. Cette annonce survient d'ailleurs au moment où le chroniqueur web François Charron s'apprête à lancer le plus gros centre d'achat virtuel du Québec.

Le magasin Matelas de Rêve à Rouyn-Noranda vient d'entamer des démarches pour faire de la vente en ligne via ce type de plateforme. Un investissement nécessaire selon le conseiller de l'entreprise, Marc Lessard. « Je pense qu'on n'avait pas le choix, on est même déjà en retard partout en région, toutes les entreprises. On a de très bons produits, sauf qu'on ne les met pas en ligne, donc le fait d'aller chercher un marché encore plus large, je pense qu'on va aller chercher une clientèle régionale et peut-être encore plus », souhaite-t-il.



Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine