Retour

Ventes de livres : la région sous la moyenne provinciale

Il se fait moins d'achats de livres neufs en Abitibi-Témiscamingue qu'ailleurs au Québec : selon l'Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ), les consommateurs de livres neufs de la région dépensent en moyenne 35 dollars par année, comparativement à 47 dollars par personne dans l'ensemble du Québec. Les bibliothèques, par contre, demeurent fréquentées.

« On est tombé en amour avec la littérature jeunesse! », lance Karen Lachapelle, directrice des Éditions Z'ailées depuis 10 ans. Sa maison d'édition située à Ville-Marie publie moins de livres qu'il y a quelques années, mais elle en vend davantage. Elle déplore, tout de même, les statistiques publiées par l'OCCQ.

« Je trouve ça un peu triste que ce soit seulement 35 dollars d'achats par personne, indique-t-elle. Parce qu'on sait que la lecture change tout. »

Des bibliothèques achalandées

Même si les gens dépensent moins en livres neufs, cela ne signifie pas qu'ils lisent moins pour autant. Les bibliothèques qui font partie du Réseau Biblio de l'Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec ont prêté près de 190 000 livres dans la dernière année.

« Il y a eu des coupures budgétaires, rappelle le directeur général de l'organisme, Louis Dallaire. Ce qui transparait dans les statistiques, c'est qu'on a acheté un peu moins de livres. Quand on fait le bilan, on a réussi à maintenir le taux d'emprunt de livres à travers les années. Donc, c'est quand même encore très performant. »

Le nombre de bibliothèques a augmenté dans la région au cours des dernières années, passant de 59 à 70, ce qui laisse croire que la lecture est encore très populaire. Elle sera d'ailleurs célébrée dimanche, le 23 avril, à l'occasion de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine