Retour

Virus du Nil : un cas répertorié en Abitibi-Témiscamingue

La direction de la santé publique de l'Abitibi-Témiscamingue confirme qu'un cas de virus du Nil a été répertorié dans la région. La personne infectée aurait été piquée par un moustique lors d'un séjour dans le sud de la province.

La personne aurait fait un don de sang et la présence du virus a pu être détectée par Héma-Québec.

Selon le médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive Éric Lampron-Goulet, rien ne permet de croire que le virus peut être contracté dans la région. « On ne peut pas dire que c'est totalement impossible, cependant, on n'a vraiment aucune raison de le croire actuellement. Premièrement, tous les cas qui ont lieu au Québec sont surtout dans le secteur montréalais. Le virus est un virus qu'on contracte dans les zones urbaines », indique-t-il. 

Il est difficile de détecter le virus du Nil occidental, car 80 % des personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Dans près de 20 % des cas, les personnes vont présenter des symptômes légers comme des maux de tête, de la fatigue, des rougeurs ou des éruptions cutanées. Plus rarement, des encéphalites peuvent aussi être détectées, ce qui explique la campagne de sensibilisation et de surveillance des autorités sanitaires.

« Pour se protéger, on recommande l'utilisation du DEET pour éloigner les moustiques, également le port de vêtements longs quand on va dans des secteurs où il y a des moustiques », rappelle le Dr. Lampron-Goulet. 

Écoutez l'entrevue avec le Dr Éric Lampron-Goulet : 

Plus d'articles

Commentaires