Retour

Voie de contournement : historique d'un projet tumultueux à Rouyn-Noranda

Les travaux de construction de la nouvelle voie de contournement de Rouyn-Noranda ont débuté hier. Sur plusieurs tribunes, le maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher, laissait entendre que le projet était sur la table depuis 43 ans. Durant toutes ces années, de nombreux obstacles ont empêché le projet de se réaliser. Voici l'histoire tumultueuse du développement d'une voie de contournement à Rouyn-Noranda.

Un article de Félix B. Desfossés

Études et rivalités

Les balbutiements du projet remontent à 1970. Un des principaux objectifs était alors de libérer le centre-ville de la circulation de véhicules lourds. Une réalité qui demeure primordiale aujourd'hui dans l'implantation d'une voie de contournement. En effet, selon des données compilées par le ministère des Transports et publiées par l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue, jusqu'à 1128 véhicules lourds empruntaient quotidiennement la route 117 dans la région en 2005.

Le trafic lourd était un soucis au cours de la décennie 70 puisqu'« il y avait beaucoup de transport minier qui venait de l'extérieur et ça passait par le centre-ville, par la 117. D'ailleurs, la 117 qui est une voie principale, passe au centre-ville. Nous, on l'a déviée un petit peu à Rouyn avec la construction du boulevard industriel, sauf que ça passe dans des quartiers domiciliaires et ce n'était pas idéal », se souvient Gilles Cloutier, maire (1990-1994) et conseiller municipal (1981-1990) de la Ville de Rouyn-Noranda.

En 1972 sont entamées les démarches entourant une première étude devant être réalisée par le ministère des Transports, stipule le document La voie de contournement de Rouyn-Noranda, Route 117 : attendue depuis plus de 40 ans publié par la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN). Tout au long de la décennie 70, le projet de voie de contournement est réfléchi et revendiqué, mais peu de développements concrets sont réalisés.

En 1982, une étude d'opportunité du MTQ propose le trajet sud. Cependant, les autorités de Rouyn et de Noranda, qui n'ont été fusionnées qu'en 1986, ne s'entendaient pas sur le chemin à prendre.

Un pont sur le lac Pelletier ?

Le projet de voie de contournement par le sud comporte toutefois son lot de complications et de défis d'ingénierie. « L'inconvénient qu'il y avait là, c'est qu'il y avait un pont à [construire] sur le lac Pelletier. Il y avait des marécages à traverser. Il y avait beaucoup d'opposition parce qu'il y avait des canards qui occupaient le marécage [Fiske] alors les gens faisaient des représentations pour qu'on dévie la voie de contournement », explique l'ex-maire Cloutier.

Fusion et revendications

En 1986, au moment de la fusion de Rouyn et de Noranda, le dossier voit un de ses principaux obstacles disparaître. Les deux villes peuvent travailler dans le même sens. Une étude d'impact du MTQ est publiée en 1988.

Le Comité permanent sur l'environnement à Rouyn-Noranda (CPERN) soulève plusieurs soucis environnementaux face au tracé envisagé du côté sud dans l'étude d'impact du MTQ. On craint notamment pour la survie des canards et oiseaux vivant dans le secteur des marais Fiske et Stadacona. Un BAPE est demandé par la Société du loisir ornithologique de Rouyn-Noranda et le CPERN. Canards illimité y va de ses recommandations. Une entente qui satisfait tous les partis impliqués survient en 1989. Le BAPE ne sera pas tenu.

La décennie 80 aura été celle de l'étude du trajet sud.

Nouveau départ avec le tracé nord

Vidéo produite par le MTQ montrant le tracé nord final de la voie de contournement

Selon le document La voie de contournement de Rouyn-Noranda, Route 117 : attendue depuis plus de 40 ans de la CCIRN, en août 1992, un revirement de situation survient : devant les coûts trops importants qui auraient été engendrés par le tracé sud, le ministère des Transports lance une étude de faisabilité pour une voie de contournement passant par le nord. On annonce alors que la voie de contournement nord pourrait être espérée pour l'an 2000, peut-on lire dans le document de la CCIRN. Il s'agit d'un nouveau départ. Mais au cours des années 90, le projet semble stagner.

Février 2006, Julie Boulet, alors ministre des Transports, annonce que le projet est officiellement accepté par le gouvernement du Québec. De nouvelles études sont alors lancées. Le tracé retenu et dont la construction est aujourd'hui lancée est présenté à la population en 2008.

Divers délais repoussent le début des travaux jusqu'à 2015. Le maire actuel de Rouyn-Noranda, Mario Provencher, explique que le Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE) a tenu des audiences sur le projet, puis des sols contaminés se trouvant dans l'axe de construction de la voie de contournement ont dû être décontaminés ou déplacés et, finalement, des expropriations ont été nécessaires.

Le tronçon de 7,7 km de long dont la construction est entamée aujourd'hui permettra de joindre la route 117, à partir de l'avenue Larivière, à la route 101, sur le rue Saguenay. Le projet coûtera 85 millions de dollars.

Voici l'entrevue complète accordée par l'ex-maire Gilles Cloutier à l'émission Des matins en or.

Plus d'articles

Commentaires