Retour

150 personnes au premier spectacle de drag queens en Gaspésie

Quelque 150 personnes ont assisté samedi soir au tout premier spectacle de drag queens présenté en Gaspésie. Le comité LGBT + de la Côte-de-Gaspé voulait sensibiliser la population aux réalités de la vie des minorités sexuelles en région, dans une atmosphère festive.

Depuis deux ans, le comité tient des rencontres qui s'adressent essentiellement à ses membres, pour briser l'isolement.

Mais ce spectacle se voulait un coup d'éclat pour mieux se faire connaître dans la population et faciliter l’intégration de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) gaspésienne. « Ça se fait dans la célébration de la différence », explique la porte-parole du comité LGBT Côte-de-Gaspé, Sarah Ternoir.

Les spectacles de drag queens, c’est un pan de la culture LGBT qui n’est jamais arrivé en Gaspésie.

Sarah Ternoir, porte-parole du comité LGBT Côte-de-Gaspé

Pour la drag queen Réglisse, ce spectacle doit fondamentalement être une occasion de fêter, point.

« Moi, je ne viens plus pour un message social ou de prévention, considère-t-il. Je suis un artiste, dans un milieu spécifique, et dans ce que je suis comme artiste, je suis un personnificateur féminin, tout simplement. »

Sarah Ternoir ajoute que les minorités sexuelles en région n’ont pas la vie facile et que plusieurs s’exilent à contrecœur.

« Ces personnes ont eu besoin de sortir de la Gaspésie pour faire leur sortie de placard ou vivre des expériences en ville », dit-elle.

Silver Catalano, une tête d’affiche

Trois artistes professionnels figuraient au programme en plus de Silver Catalano, un artiste gai de Chandler qui vient de sortir un vidéoclip.

« C’est presque historique! On parle souvent des régions, on dit que nos mentalités sont différentes et reculées, mentionne-t-il. Mais on a la preuve ce soir que ce n’est vraiment pas le cas. Il y a vraiment du progrès qui se fait! »

« En grandissant en Gaspésie, ça a toujours été difficile pour moi, ajoute-t-il.

Les gens ne savaient pas quoi faire avec moi, comment me traiter.

On s’est souvent sauvé vers la haine, Mais, ça n’a jamais été mon message à moi.

J’ai toujours été la personne qui était portée à apporter du mieux quand les autres essayaient d’apporter du mauvais. »

Y'a pas plus positif pour la communauté LGBT en Gaspésie que de présenter un spectacle de drag queens!

Silver Catalano, artiste

Sur les murs du café étudiant du Cégep de Gaspé, quelques affiches montraient des données sur la communauté LGBT gaspésienne. Elles étaient issues d’une étude menée par le Centre d'initiative à la recherche et d'aide au développement durable (CIRADD) en Gaspésie.

Celle-ci révélait que les minorités sexuelles vivent encore victimes de l’isolement, de l’intimidation et de l’exclusion au travail. On y apprenait aussi qu’une personne sur trois, lesbienne, gaie ou bisexuelle, a déjà eu des idées suicidaires au cours des deux dernières années.

Un texte de Brigitte Dubé avec les informations de Martin Toulgoat

Plus d'articles